Vous êtes ici : Patrimoine Minier > Hors de France > Pologne > Bassin houiller de Haute-Silésie

Pologne : le bassin houiller de Haute-Silésie


14/10/2014

Le bassin houiller de Haute-Silésie est situé dans le sud de la Pologne autour des villes de Katowice-Rybnik. Il occupe une bonne partie de la voïvodie de Silésie et s'étend au delà des frontières avec la République Tchèque où il forme le bassin d'Ostrava-Karviná. La Silésie associe de riches activités agricoles avec d'abondantes ressources minières (notamment le charbon) et une très grande concentration industrielle. De nos jours, même si son âge d'or est loin derrière, la Haute-Silésie reste le premier centre d'extraction de charbon de l'Union Européenne. En 2014, 29 mines de charbon, dont la plupart de taille importante, sont encore en activité dans la région et employent environ 65 000 mineurs. 24 d'entre elles sont gérées par les sociétés Kompania Węglowa S.A. (la plus grande avec 14 mines), Jastrzębska Spółka Węglowa S.A. (5 mines) et Katowicki Holding Węglowy S.A. (5 mines). La société Tauron Wydobycie S.A. exploite deux mines (Sobieski et Janina). Enfin trois autres mines privées sont actives : PG Silesia et les petites mines ZG Siltech et ZG Eko-Plus.

Un peu d'histoire...
Pendant longtemps la partie méridionale de la Haute-Silésie resta rattachée à l'Autriche, qui la conserva jusqu'en 1918. A la suite du plébiscite de 1921, la Silésie autrichienne fut partagée entre la Tchécoslovaquie et la Pologne, qui obtint la partie orientale, riche en gisements houillers. Hitler annexa les Sudètes (1938) et le reste de la Silésie (1939). Après la défaite allemande en 1945, la Silésie fut attribuée à la Pologne et les Allemands quittèrent cette région.

KWK Andaluzja / Piekary Śląskie

Etat : fermée en 2006 - détruite
Compagnie : Kompania Węglowa S.A.
La construction de la mine débute en 1908 avec le fonçage du 1er puits. La production démarre en 1912. En 1999, la mine Andaluzja prend le nom de Zakład Górniczy Brzeziny. En 2003, elle est rattachée à la mine ZG Piekary et le nouvel ensemble est repris par la société Kompania Węglowa. En septembre 2005, l'extraction du charbon est concentrée sur le siège Piekary ; le siège Andaluzja cesse de remonter du charbon. A partir de juin 2006, le démantèlement des installations de surface est progressivement engagé.
Lors de mon passage en mai 2013, il ne restait du site principal que le chevalement et la recette en béton du puits Żeromski. Depuis ils ont été détruits. La mine Andaluzja possédait 4 puits : Sienkiewicz, Reymont, Żeromski et Dołki. Ce dernier est encore utilisé comme retour d'air pour la mine Piekary (voir plus bas).


KWK Barbara-Chorzów / Chorzów

Etat : fermée en 1993
Cette mine fut créée le 1er janvier 1970 par la fusion des mines Barbara-Wyzwolenie et Chorzów. La mine Barbara-Wyzwolenie est fondée en 1937 par la fusion des sièges Nord et Ouest de la mine Król. Pendant l'occupation nazie, elle prend le nom de Königsgrube Westfeld et Königsgrube Nordfeld. La mine Chorzów est fondée en 1870 sur une partie du champ d'exploitation de la mine Król. Pendant l'occupation, elle prend le nom de 'Gräfin Laura'. A partir de 1936, elle sera nommée successivement 'Hrabina Laura', 'Królewska Huta' et enfin 'Chorzów'.
La production de la mine Barbara-Chorzów s'est élevée en 1970 à 1 976 050 tonnes. Elle est fermée en 1993. Le puits Kolejowy I, avec son haut chevalement, est encore équipé.


KWK Bielszowice / Ruda Śląska & Mikołów

Etat : active
Compagnie : Kompania Węglowa S.A.
En 1976, les mines Zabrze (anciennement mine Królowa Luiza, créée en 1791) et Bielszowice (créée en 1895) fusionnent pour donner naissance à la mine 'Zabrze Bielszowice'. Cette mine possède 2 sièges : Poręba et Bielszowice. A partir de 1993, la société 'Rudzka Spółka Węglowa SA' devient propriétaire de la mine. Le 1er janvier 1997, la mine 'Zabrze Bielszowice' est transformée en une société nommée 'KWK Bielszowice'. Le processus de fermeture du siège Poręba est achevé le 31 mars 2000. A partir de février 2003, la mine Bielszowice est reprise par la nouvelle société Kompania Węglowa.
En 2007, la mine comptait 3 461 employés pour une production d'environ 8 100 tonnes par jour. Elle possède 3 sites : le siège principal avec les puits I à V (service et extraction) et les installations de traitement du charbon, le puits VI (service) et le site Pawłów Górny avec 2 puits de retour d'air.


Siège principal : puits I, II, II, IV et V



Puits VI


KWK Bobrek-Centrum / Bytom

Etat : active
Compagnie : Kompania Węglowa S.A.
La mine Bobrek-Centrum est créée le 1er janvier 2005, suite à la fusion des mines 'ZG Bytom III' et 'ZG Centrum'. La mine possède deux sites distincts qui extraient et traitent le charbon : le siège Bobrek (anciennemnt ZG Bytom III) et le siège Centrum (anciennement ZG Centrum).
L'histoire de la mine ZG Bytom III remonte au début du XXème siècle. Elle est l'héritière des mines 'Miechowice' (lancée en 1902) et 'Bobrek' (créée en 1907). Depuis 1993, les 2 mines font partie de la société 'Bytomska Spółka Węglowa S.A.'. Elles sont fusionnées le 1er janvier 1997 pour former la mine 'Bobrek-Miechowice'. En 1999, la mine est placée en liquidation et les activités minières sont reprises pr une nouvelle société indépendante nommée 'ZG Bytom III'. Le 1er février 2003, la mine 'ZG Bytom III' est reprise par la Kompania Węglowa S.A.
La mine Centrum est instituée en 1881 par la fusion de plusieurs mines sous le nom 'Vereinigte Karsten-Centrum'. En 1945, elle est renommée 'Centrum', puis 'Dymitrow' en 1950 du nom du militant communiste bulgare Georgi Dymitrow. En mai 1990, elle retrouve son nom 'Centrum'. En 1993, elle est reprise par la société 'Bytomska Spółka Węglowa S.A.' qui créée la même année l'entité 'ZG Centrum' par la fusion administrative des mines 'Centrum' et 'Szombierki' (voir plus bas). En septembre 1999, la mine ZG Centrum devient indépendante, puis est finalement reprise le 1er février 2003 par la Kompania Węglowa S.A.
Le siège Bobrek exploite aujourd'hui 5 puits : Bolesław (service), Józef (extraction par skips), Zbigniew (aérage, remblayage et service), Ignacy (aérage, remblayage et service) et Jan (aérage : entrée d'air). Le siège Centrum compte 5 puits, dont 4 sur le site principal de la mine : Rejtan (service), Skarga (extraction par skips), Staszic (aérage) et Budryk (extraction par skips, service). Un peu plus loin, le puits Witczak est utilisé pour le matériel, le remblayage et l'aérage (retour d'air). Au 31 décembre 2011, la mine comptait 3383 employés.


Siège Bobrek : puits Bolesław et Józef



Siège Centrum : puits Budryk, Skarga, Rejtan et Staszic


Siège Centrum : puits Witczak


KWK Bolesław Śmiały / Łaziska Górne

Etat : active
Compagnie : Kompania Węglowa S.A.
La mine Bolesław Śmiały est une des plus anciennes mines de Pologne, puisque la première mention d'extraction du charbon (mine à ciel ouvert 'Heinrichsglück') dans la région de Łaziska date de 1779. Au cours du 19ème et au début du 20ème siècle, plusieurs mines du secteur sont progressivement regroupées pour former en 1925 la mine 'Zjednoczona Aleksander'. En 1937, la mine Brad (qui fait partie de la mine Zjednoczona Aleksander depuis 1933 est renommée 'Bolesław Śmiały'. En 1945, l'ensemble de la mine Zjednoczona Aleksander est rebaptisé 'Bolesław Śmiały'. En janvier 1947, la mine Walewska est fusionnée avec la mine Bolesław Śmiały, qui fait alors partie de la société 'Jaworznicko-Mikołowskiego Związku Przemysłu Węglowego'. En 2003, la mine est reprise par la 'Kompania Węglowa S.A.'.
Avec 1750 employés, c'est la plus petite mine du groupe Kompania Węglowa S.A. La production journalière est d'environ 6-7000 tonnes de charbon. La mine exploite 3 puitss : Aleksander I (service), Aleksander III (extraction) et Bujaków II (aérage : retour d'air). L'ancien puits Bolko II est toujours visible.


Siège principal : puits Aleksander I et III



Puits Bolko II


KWK Borynia-Zofiówka-Jastrzębie / Jastrzębie-Zdrój

Etat : active
Compagnie : Jastrzębska Spółka Węglowa S.A.
La mine Borynia-Zofiówka-Jastrzębie fut créée le 1er janvier 2013 par la fusion des mines Jas-Mos et Borynia-Zofiówka ; cette dernière est elle-même issue de la fusion le 1er janvier 2011 des mines Borynia et Zofiówka. Aujourd'hui cette importante mine compte 3 sièges d'exploitation :
• le siège Borynia, construit dans les années 1962 à 1971. Fin 2011, il comptait 3484 employés pour une production nette de l'ordre de 8000 tonnes par jour. Ce siège compte 5 puits, dont 3 sur le site principal : I (extraction), II (service), III (service et retour d'air), V & VI (retour d'air).
• le siège Zofiówka, construit dans les années 1962 à 1969. Fin 2011, il comptait 4025 employés pour une production nette de l'ordre de 7000 tonnes par jour. Depuis janvier 2009, une liaison souterraine de 2600 mètres relie les mines Zofiówka et Borynia. Le siège Zofiówka compte 5 puits : I (service), II (extraction), III (service, remblayage), IV (service, retour d'air) et V (retour d'air). Un 6e puits (1-Bzie) est en cours de fonçage.
• le siège Jas-Mos, créé en 1994 par la fusion des mines Jastrzębie et Moszczenica. Les travaux préparatoire pour la construction de la mine Moszczenica sont lancés fin 1955 ; l'inauguration officielle interviendra le 4 décembre 1965. La construction de la mine Jastrzębie débute en juin 1956. Elle sera inaugurée le 4 décembre 1962. Le 1er janvier 1963, les deux mines sont regroupées sous le nom de mine 'Jastrzębie-Moszczenica'. Le 1er janvier 1966, elles redeviennent indépendantes, mais sont finalement fusionnées une seconde fois en 1994 sous le nom de 'KWK Jas-Mos'. En 2000, le siège Moszczenica est fermé ; il aura extrait un total de 92 millions de tonnes de charbon. Il ne subsiste de nos jours que l'ancienne tour d'extraction en béton du puits II, la recette du puits I et la centrale thermique. Fin 2011, la mine Jas-Mos comptait 4050 employés pour une production nette de l'ordre de 6700 tonnes par jour. Quatre puits sont exploités : I (service), II (extraction), IV (service, retour d'air) et VI (retour d'air).


Siège Borynia : puits I et II



Siège Jas-Mos : puits I, II, IV



Ancien siège Moszczenica



Siège Zofiówka : puits I, II, III et IV


KWK Brzeszcze / Brzeszcze

Voir le reportage sur cette mine :KWK Brzeszcze


KWK Budryk / Ornontowice

Voir le reportage sur cette mine :KWK Budryk


KWK Chwałowice / Rybnik-Chwałowice

Voir le reportage sur cette mine :KWK Chwałowice


KWK Dębieńsko / Czerwionka-Leszczyny

Etat : fermée en 2000 mais projet de réouverture
Compagnie : NWR Karbonia SA
Les origines de la mine Dębieńsko remontent à 1853. Elle fut fermée en 2000 par manque de rentabilité. En 2008, la société NWR Karbonia SA se voit attribuer une concession de 50 ans pour l'exploitation du charbon dans le domaine Dębieńsko. La société a prévu d'investir plusieurs centaines de millions d'euros pour rénover les installations et produire du charbon dès 2017. Lors de mon passage il ne subsistait plus qu'un chevalement sur le site, sur les 3 qu'il comptait. La cokerie adjacente à la mine est encore en activité. Un peu plus loin, le petit chevalement en béton du puits V est toujours visible.


Siège principal : puits Jan III



Puits V (Zachodni)


KWK Halemba-Wirek / Ruda Śląska

Etat : active
Compagnie : Kompania Węglowa S.A.
La mine Halemba-Wirek fut créée le 26 juillet 2007 par la fusion des mines Halemba et Polska-Wirek. Cette dernière est issue de la fusion le 1er novembre 1995 des mines Polska (voir plus bas) et Nowy-Wirek. La mine Halemba-Wirek possèdait deux sièges : Halemba et Wirek (anciennement mine Nowy Wirek). En raison de l'épuisement des ressources, le siège Wirek est fermé en 2009 ; la dernière berline de charbon est remontée le 31 juillet 2009. En 2014, le siège Wirek est en cours de démantèlement. L'effectif moyen de la mine Halemba-Wirek est de 3815 employés.
La mine Halemba a été mise en service le 1er juillet 1957. Elle possède 3 niveaux d'exploitation à 525 m, 830 m et 1030 m. Ce siège fait l'objet de nombreux investissements pour améliorer le niveau de production. Sur le site principal de la mine, trois puits sont exploités : Grunwald II & IV (service) et Grunwald III (extraction). Ils sont complétés par trois puits périphériques : Wschodni (aérage : retour d'air) et Północny I & II (aérage : retour d'air et remblayage).
Les origines de la mine Nowy Wirek remontent à la création des mines Hugo et Zwang, respectivement en 1824 et 1828. En 1849, la mine 'Hugo-Zwang' est officiellement créée par le regroupement de nombreuses concessions minières. En 1864, le premier puits est foncé (aujourd'hui puits Maciej) à la profondeur de 90 mètres. En 1928, la mine est renommée 'Wirek'. En raison de la crise financière de 1929, la mine est fermée en 1933 et ennoyée en 1940. Pendant l'occupation, elle est reprise par les Allemands sous le nom 'Godulla – Schachtanlage'. En 1946, la mine est nationalisée et retrouve son nom 'Wirek'. En 1953, la mine Wirek est fusionnée avec une nouvelle mine 'Wirek' en cours de construction ('Kopalnia Wirek – w budowie'). Cet ensemble prend le nom 'KWK Nowy Wirek'. Le nouveau siège est mis en service le 1 août 1955. La mine Nowy Wirek passe alors successivement entre les mains de plusieurs sociétés avant d'être reprise par la Kompania Węglowa en 2003.


Siège Halemba : puits Grunwald II, III et IV



Puits Wschodni (Est)



Ancien siège Wirek


KWK Ignacy / Rybnik

Etat : fermée
La mine est créée en 1792 ; elle prend son nom actuel le 4 septembre 1936 en l'honneur du président de la Pologne Ignacy Moscicki. Le 1er janvier 1968, elle est incluse dans la mine Rydułtowy dont elle deviendra le siège II . Au début des années 90, l'extraction du charbon s'arrête ; le site sera encore utilisé pour l'aérage de la mine Rydułtowy. Les deux puits avec chevalements et machines d'extraction à vapeur (de 1900 pour le puits Głowacki et 1920 pour le puits Kościuszko) ont été préservés et font l'object d'une valorisation touristique.


KWK Jan Kanty / Jaworzno

Etat : fermée dans les années 90
Le 20 mai 1920, la société 'Jaworznickie Komunalne Kopalnie Węgla S.A.' lance la construction d'une nouvelle mine nommée Jan Kanty près de Niedzieliska. Elle sera mise en exploitation un an plus tard. Après la Seconde Guerre Mondiale, elle est rattachée avec les mines Kosciuszko et Piłsudski à la mine Jaworzno. En 1954, elle redevient indépendante sous le nom de mine 'Komuna Paryska'. Les puits Wiltold I et II sont ouverts en 1973. En 1979, la production atteint 2,5 millions de tonnes. Elle diminue fortement à partir de 1985 ; la mine sera fermée au début des années 90 en raison de graves difficultés financières.
De nos jours, les puits Witold I et II, équipés respectivement d'un chevalement métallique et d'une grande tour d'extraction, sont toujours visibles. Le puis Witold I est encore ouvert et utilisé le pompage de l'eau afin de protéger les mines voisines en activité (Kazimierz-Juliusz et Sobieski). Le puits Leopold est maintenant rattaché à lamine Sobieskipour laquelle il assure l'aérage (retour d'air).


KWK Janina / Libiąż

Etat : active
Compagnie : Tauron Wydobycie S.A.
La mine est construite en 1906 par des investisseurs français sous le nom de 'Compagnie Galicienne des Mines'. La production de charbon débute en 1910. Le puits III, surmonté d'une tour d'extraction en béton, est foncé à partir de 1961. Dans les années 80, la production est de l'ordre de 3,5 millions de tonnes. En 1993, la mine Janina est intégrée dans la société 'Nadwiślańska Spółka Węglowa S.A.' basée à Tychy, puis le 1er janvier 2003 elle fait partie des 23 mines reprises par la 'Kompania Węglowa'. Le 1er juillet 2005, les mines Janina et Sobieski sont réunies dans la société 'Południowy Koncern Węglowy S.A.'. En mai 2007, cette société est rattachée au groupe énergétique Tauron. Le 24 février 2014, elle est renommée 'Tauron Wydobycie S.A.'.
La mine Janina possède les réserves de charbon les plus importantes de Pologne estimées à 840 millions de tonnes. Le siège II, fermé en 2003 et appartenant toujours à la Kompania Węglowa, est en cours de démantèlement. Lors de mon passage en 2013 le chevalement du puits V était encore debout.


Siège principal : puits II, III et IV


Ancien siège II : puits V


KWK Jankowice / Rybnik

Etat : active
Compagnie : Kompania Węglowa S.A.
La construction de la mine débute en 1913 pour une mise en production en 1916. Elle est nommée 'Jankowice' en 1934. La période 1974 à 1988 est marquée par une importante expansion de la mine, avec la construction d'un nouveau siège comportant 3 puits (V, Va et VI). La production annuelle passe de 3,5 millions de tonnes en 1979 à 5,6 millions de tonnes en 1988. En 1993, la mine Jankowice est intégrée dans la société 'Rybnicka Spółka Węglowa', puis dans la 'Kompania Węglowa' en 2003. Au début des années 2000, l'exploitation du champ associé au puits VI s'arrête et les installations sont démantelées. Fin 2011, l'effectif de la mine était de 3828 employés.


KWK Kazimierz-Juliusz/ Sosnowiec

Voir le reportage sur cette mine :KWK Kazimierz-Juliusz


KWK Kleofas / Katowice

Etat : fermée en 2004
Compagnie : Katowicki Holding Węglowy S.A.
La mine Kleofas est fondée en 1840 et commence à fonctionner 5 ans plus tard. En 1993, la mine est intégrée avec 10 autres mines dans la nouvelle société 'Katowicki Holding Węglowy S.A.'. Le 1er juillet 1996, la mine Kleofas fusionne avec la mine Katowice pour donner naissance à la mine Katowice-Kleofas. Le siège Katowice est fermé en 1999 et l'ensemble de la mine Katowice-Kleofas sera arrêtée en 2004.
A mon passage en 2013, il ne restait plus de chevalement sur le site principal du siège Kleofas. Le lavoir était en cours de démolition. Le chevalement du puits Wschodni II (Est II) a été préservé et classé ; celui du puits Jerzy (anciennement KWK Gottwald) est toujours visible au milieu d'un centre commercial (non photographié).


Ancien siège principal


Puits Wschodni II


KWK Knurów-Szczygłowice / Knurów

Voir le reportage sur cette mine :KWK Knurów-Szczygłowice


KWK Krupiński / Suszec

Etat : active
Compagnie : Jastrzębska Spółka Węglowa S.A.
La décision de construire la mine est prise en 1974 ; les travaux débuteront en décembre 1975. Le 3 décembre 1983, la mine est officiellement mise en exploitation sous le nom de Krupiński. Fin 2011, son effectif s'élevait à 2819 employés pour une production nette quotidienne de 8100 tonnes. La mine compte 3 puits dont un est équipé d'un chevalement portique en béton assez original.


KWK Marcel / Radlin & Marklowice

Etat : active
Compagnie : Kompania Węglowa S.A.
Les débuts de la mine Marcel (appelée 'Emma' ou 'Ema' jusqu'en 1949 lorsqu'elle prend le nom de l'activiste communiste Józef Kolorz, surnommé Marcel) remonte au milieu du XIXe siècle. La mise en service complète de la mine a eu lieu le 13 novembre 1883. la construction du siège Marklowice débute en 1923. Le 1er avril 1993, la mine est intégrée dans la société 'Rybnicka Spółka Węglowa S.A.'. En 1995, la mine '1 Maja' est rattachée à la mine Marcel ; elle compte alors 2 sièges indépendants en exploitation : 'Marcel' et '1 Maja'. En 2001, le siège '1 Maja' est fermé. Depuis le 1er février 2003, la mine Marcel fait partie de la Kompania Węglowa. Elle emploie 3228 salariés pour une production nette quotidienne de 10 900 tonnes.
La mine compte aujourd'hui 6 puits : Antony, Wiktor et Marklowice I pour le service, puits III (Julia) pour l'extraction, IV (Barteczko) et Marklowice II pour l'aérage. Sur le siège Marklowice, le puits Podsadzkowy semble utilisé pour le remblayage.


Siège principal : puits Wiktor, Antoni, III (Julia) et IV (Barteczko)



Siège Marklowice


KWK Murcki-Staszic / Katowice

Etat : active
Compagnie : Katowicki Holding Węglowy S.A.
Cette mine provient de la fusion le 1er janvier 2010 des mines Murcki et Staszic. La construction de la mine Staszic débute en 1959, pour une mise en exploitation officielle le 20 juillet 1964. C'est une mine moderne dont le maximum de production est atteint en 1990 avec 16 000 tonnes par jour. Elle compte 5 puits : I (extraction), II (service), IV (aérage, remblayage), V (aérage, matériel), VII (non équipé : entrée d'air).
La mine Murcki est la plus ancienne de Pologne ; ses origines remontent à 1657 avec l'exploitation des affleureurements de charbon. L'exploitation souterraine débute en 1755 avec le fonçage du premier puits. En 1815, la mine compte environ 30 puits. En 1976, la mine Boże Dary (construite en 1901-1903) est intégrée à la mine Murcki. Par la suite, l'extraction et le traitement du charbon se déplace progressivement vers l'ancienne mine Boże Dary, dont le siège principal est encore en activité de nos jours. Le siège Boże Dary compte aujourd'hui 4 puits : I (extraction), II (service), Zygmunt et Czułów (aérage et matériel). A noter que de nombreux bâtiments du siège Boże Dary sont classés.


Siège Boże Dary : puits I et II



Siège Boże Dary : puits Zygmunt



Siège Staszic : puits I et II



Siège Staszic : puits IV


KWK Mysłowice-Wesoła / Mysłowice

Voir le reportage sur cette mine :KWK Mysłowice-Wesoła


KWK Piast / Bieruń & Wola

Etat : active
Compagnie : Kompania Węglowa S.A.
La construction de la mine Piast (initialement nommée 'Bieruń') débute en 1972 ; elle est mise en service en décembre 1975. Elle appartient à la compagnie 'Jaworznicko-Mikołowskiego Zjednoczenia Przemysłu Węglowego'. Dès 1979, la production dépasse 3 millions de tonnes de charbon. En 1982, elle passe sous le contrôle de 'l'Union des mines de charbon de Mysłowice'. En 1984, l'objectif de 24 000 tonnes par jour est atteint. En 1985 débute l'exploitation de la mine Czeczott ; elle sera rattachée à la mine Piast le 1er juillet 2000 sous le nom de siège II. En 1993, elle fait partie avec la mine Czeczott de la société 'Nadwiślańska Spółka Węglowa S.A.' ; enfin en 2003, la mine Piast est reprise par la 'Kompania Węglowa S.A.'. Fin juillet 2005, la production est arrêtée sur le siège II. En 2013, le site était en cours de démantèlement ; des 3 puits initialement présent sur ce siège, seule la grande tour d'extraction du puits II (S-1) était encore visible.
En 2012, la production nette de la mine Piast dépasse 4 millions de tonnes, avec un effectif d'environ 5000 employés. La mine compte 4 puits, dont 3 situés sur le siège principal : puits I (service), puits II (extraction), puits III (matériel, aérage) et puits IV (aérage).


Siège I : puits I, II et III


Siège I : puits IV



Siège II (anciennement KWK Czeczott)


KWK Piekary / Piekary Śląskie & Bytom

Etat : active
Compagnie : Kompania Węglowa S.A.
La mine Piekary est issue du regroupement des anciennes mines 'Julian' (créée en 1954), 'Andaluzja' (créée en 1908) et 'Rozbark' (créée en 1883). En 1998-1999, avec la réorganisation de la société 'Bytomska Spółka Węglowa S.A.', ces mines ont été transformées respectivement en Zakład Górniczy Piekary, Zakład Górniczy Brzeziny et Zakład Górniczy Bytom II. En janvier 2003, la mine ZG Brzeziny est rattachée à la mine ZG Piekary. Le mois suivant, la mine ZG Piekary est reprise par la nouvelle société Kompania Węglowa. En 2005, la mine Bytom II est fermée et son champ d'exploitation est transféré à la mine ZG Piekary. A partir de juin 2006, les installations de l'ancienne mine Andaluzja (ZG Brzeziny) sont progressivement démantelées. Enfin en janvier 2012, la mine prend son nom actuel 'KWK Piekary'.
La mine Piekary emploie de nos jours environ 2900 personnes. Depuis septembre 2005, le charbon provenant des zones minières Piekary, Brzeziny et Rozbark est concentré sur le puits Julian I situé sur le siège principal où se trouve le lavoir. La mine exploite 5 puits dont 3 sont situés sur le carreau de l'ancienne mine Julian : Julian I (extraction), Julian II (service et retour d'air), Julian IV (service). Les puits Dołki (anciennement mine Andaluzja) et Barbara (anciennement mine Rozbark) sont utilisés pour l'aérage (retour d'air).


Siège principal : puits Julian I, II et IV


Puits Barbara



Puits Dołki


KWK Pniówek / Pawłowice

Etat : active
Compagnie : Jastrzębska Spółka Węglowa S.A.
Cette mine de charbon à coke moderne est construite entre 1963 et 1974. Le 1er avril 1993, elle est rattachée à la compagnie Jastrzębska Spółka Węglowa S.A. En 2006, la 100 millionième tonne de charbon est extraite. L'extraction nette quotidienne est d'environ 11 600 tonnes avec un effectif à fin 2011 de 5362 employés. Le site principal comporte 3 puits : Ludwik I (extraction), Ludwik II (service) et Ludwik III (service et retour d'air). Deux puits périphériques sans chevalement sont utilisés pour l'aérage (retour d'air).


KWK Pokój / Ruda Śląska

Etat : active
Compagnie : Kompania Węglowa S.A.
La mine Pokój est une des plus anciennes du bassin houiller de Haute-Silésie. Son exploitation débute en 1802 sous le nom de 'Gottessegen'. Le 1er juillet 1995, la mine Wawel (créée en 1752) est rattachée à la mine Pokój et sera progressivement fermée. Le 1er février 2003, la mine Pokój est incluse dans la Kompania Węglowa S.A. L'effectif moyen est de 2100 employés qui produisent environ 5500 tonnes de charbon par jour. La mine Pokój compte 4 puits en activité : Wanda (extraction), Lech I (service), Lech II (aérage, service) et Otylia (aérage). Dans les environs il est possible de voir la tour Malakoff de l'ancien puits Andrzej.


Siège principal : puits Wanda



Ancien puits Andrzej


KWK Polska / Świętochłowice

Etat : fermée depuis 1995
L'exploitation de la mine Polska débute en 1872 sous le nom de 'Deutschlandgrube'. A partir de 1922 elle est renommée 'Deutschland' ; elle prendra son nom actuel le 3 mai 1937. Après la Seconde Guerre mondiale la mine appartenait à la compagnie 'Chorzowskie Zjednoczenie Przemysłu Węglowego'. Le 1er janvier 1972, elle fusionne avec la mine 'Prezydent' ; le nouvel ensemble conservera le nom de mine 'Polska'. En 1979, la production s'élève à 2 037 838 tonnes de charbon. En 1995, la mine Polska est rattachée à la mine Nowy Wirek sous le nom 'Polska-Wirek' et sera fermée. La superbe tour d'extraction du puits I, construite en 1908, ainsi que le chevalement du puits II, ont été conservés.


KWK Porąbka-Klimontów / Sosnowiec

Etat : fermée en 1998
La mine est créée le 1er janvier 1974 sous le nom de 'Czerwone Zagłębie' par la fusion des mines Klimontów et Mortimer-Porąbka. En 1992, elle prend le nom de 'Porąbka-Klimontów'. La mine cesse d'extraire en 1998. Des 15 puits de la mine, seule la petite tour d'extraction du puits Czesław est encore visible.
La construction de la mine Klimontów débute en 1904 ; elle faisait à l'origine partie de la mine 'Niwka' dont elle sera séparée en 1908. En juillet 1945, elle est fusionnée avec la mine Mortimer (fondée en 1851 sous le nom Ignacy et renommée Mortimer en 1890) pour former la mine 'Klimontów-Mortimer'. En 1951, les mines Klimontów et Mortimer redeviennent indépendantes. Le 1er juillet 1958, la mine Mortimer est regroupée avec la mine Porąbka alors en cours de construction (elle sera inaugurée en 1961) ; le nouvel ensemble est nommé 'Mortimer-Porąbka'.


KWK Prezydent / Chorzów

Etat : fermée en 1993
L'extraction du charbon dans le secteur remonte à 1791 avec la mine 'Karl Prinz von Hessen', rebaptisée en 1800 'Königsgrube'. La mine est construite entre 1929 et 1939. En 1972, elle est incluse dans la mine 'Polska'. L'activité minière cesse en 1993. Le chevalement en béton du puits Prezydent, datant de 1933, a été conservé au milieu d'un parc.


KWK Pstrowski / Zabrze

Etat : fermée en 2000 mais partiellement relancée en 2002 par la société ZG Siltech
Les origines de la mine remontent aux années 1854-1856, avec l'attribution d'une concession nommée 'Hedwigswunsch'. Dans les années 1862-1863, la mine est renommée 'Bertha Hedwig' puis à nouveau 'Hedwigswunsch' depuis 1864. Entre 1945 et 1948, elle reçoit le nom polonais 'Jadwiga', avant d'être finalement renommée 'Pstrowski' en 1948. En 1973, elle est fusionnée avec la mine 'Rokitnica'. Avant sa fermeture en 2000, elle était exploitée sous le nom de 'Zakład Wydobywczy Surowców Mineralnych "Jadwiga"'.
La mine Rokitnica est issue de la fusion en 1970 des mines 'Mikulczyce-Rokitnica' et 'Ludwik-Concordia'. Cette dernière provient de la fusion des mines Ludwik et Concordia le 1er avril 1958.
Depuis 2002, l'exploitation des ressources disponibles de l'ancienne mine Pstrowski a été relancée par la société ZG Siltech, première mine privée de charbon en Pologne.
De nos jours, il est possible de voir le puits Gigant utilisé pour le pompage de l'eau, le puits Staszic repris par la mine Siltech, ainsi que deux puits de l'ancienne mine Ludwik : Maciej et Tadeus.


Puits Gigant et Staszic



Puits Tadeus et Maciej (anciennement mine Ludwik)


KWK Rydułtowy-Anna / Rydułtowy, Pszów & Wodzisław Śląski

Etat : active
Compagnie : Kompania Węglowa S.A.
La mine Rydułtowy-Anna est créée en 2004 par la fusion des mines indépendantes Rydułtowy et Anna. En 2012, la production moyenne quotidienne est de 8 400 tonnes par jour avec 4498 employés.
La mine Anna est créée en 1832. En 1945, elle est reprise par la société 'Rybnickie Zjednoczenie Przemysłu Węglowego'. En 1978, la mine atteint la plus forte production de son histoire avec 2 874 378 tonnes extraites, pour 5591 employés. En janvier 1987, la mine Anna récupère une partie du champ d'exploitation de la mine Marcel, avec les puits Jedłownik II et III. En 1993, elle est incorporée dans la nouvelle société 'Rybnicka Spółka Węglowa S.A.', avec d'autres mines de la région (Jankowice, Rydułtowy, Chwałowice, Marcel, Rymer et 1 Maja.). En 2003, elle est reprise par la société Kompania Węglowa S.A. Le siège Anna est arrêté en décembre 2011 ; toute la production de la mine Rydułtowy-Anna est alors assurée par le siège Rydułtowy.
Lors de mon passage en 2013, le démantèlement du site principal avec les puits Chrobry I et II et les installations de traitement du charbon, n'avait pas commencé. La petite tour d'extraction du puits Ryszard II ainsi que l'impressionnante tour du puits Jedłownik II (remblayé en 2000) sont encore visibles.
L'histoire de la mine Rydułtowy remonte à 1806 lorsqu'une mine est créée sous le nom de 'Charlotte'. En 1968, la mine Ignacy est regroupée avec la mine Rydułtowy. En 2003, la mine Rydułtowy est reprise par la Kompania Węglowa S.A. ; auparavant, elle appartenait depuis 1993 à la société 'Rybnicka Spółka Węglowa S.A.'
Cinq puits sont en service pour assurer l'exploitation du siège Rydułtowy : Leon II (extraction), Leon III et IV (service), Erbreich et Agnieska (aérage : retour d'air). Le puits Agnieska ne possède pas de chevalement. Dans la campagne aux alentours, il est possible de voir 2 anciens puits de la mine Rydułtowy : Dicke et Cecilia.


Siège I (anciennement KWK Rydułtowy) : puits Leon II, III et IV



Siège II (anciennement KWK Anna) : puits Chobry I et II, Jan et Ryszard II



Anciens puits de la mine Rydułtowy : puits Erbreich (Powietrzny I), Cecylia (Powietrzny II) et Dicke (Powietrzny III)



Ancien puits Jedłownik II (mine Anna)


KWK Rymer / Rybnik

Etat : fermée en 1999
En 1896, l'extraction dans les domaines miniers 'Ignacy', 'Szczęsc Boze', 'Jan-Jakub' et 'Karol' est reprise par une seule mine nommée 'Johann-Jacob'. En 1902, elle est renommée 'Romer-Grube' et enfin 'Rymer' en 1936. En 1995, la mine Rymer est fusionnée à la mine Chwałowice ; l'extraction du charbon s'arrête en 1999 et les installations sont progressivement démantelées. Le champ d'exploitation est repris par les mines voisines Chwałowice et Marcel. Seul le chevalement en maçonnerie du puits Szymanski a été conservé.


KWK Saturn / Czeladź

Etat : fermée fin 1996
La mine Saturn telle qu'elle existait avant sa fermeture est issue du regroupement de 3 mines :
• mine Saturn : les premières recherches sont lancées en 1872 par le propriétaire du site Ludwika Kozlowski. Deux ans plus tard, la propriété est vendue au prince de Hohenlohe-Oehringen. En 1887, le premier puits est foncé à une profondeur de 150 mètres. En 1950 la mine prend le nom de 'KWK Czerwona Gwardia'.
• mine Milowice dont l'origine remonte à 1822 avec la création de la mine à ciel ouvert Wiktor par Józef Błeszyński. En 1855, le premier puits 'Anna' est foncé.
• mine Czeladź : son origine remonte à 1860 quand les habitants de Czeladź commencent à chercher du charbon, mais en raison d'un manque d'argent et d'importantes venues d'eau, les travaux sont arrêtés. En 1867, le premier puits 'Ernest' est fonçé à une profondeur de 80 mètres.
Le 1er janvier 1973, les mines Milowice et Czeladź sont fusionnées sous le nom de 'KWK Milowice-Czeladź'. En 1976, la mine Milowice-Czeladź est intégrée dans la mine Czerwona Gwardia. Le 1er janvier 1990, la mine reprend son nom 'Saturn'. Elle comporte 3 sièges :
• siège I (ancienne mine Saturn), avec 5 puits
• siège II (ancienne mine Milowice), avec 8 puits
• siège III (ancienne mine Czeladź), avec 7 puits et un bure
Le 5 octobre 1992, la décision est prise de fermer progressivement la mine Saturn à partir du 1er janvier 1993. La dernière berline de charbon sera remontée le 31 décembre 1996.


KWK Siemianowice / Siemianowice Śląskie

Etat : fermée en 1993
En 1855, plusieurs domaines miniers sont regroupés dans une mine appelée 'Vereinigte Siemianowitzer Steinkohlengruben'. En 1908, elle est séparée en 2 sociétés : 'Laurahütte' et 'Richter'. En 1925, les 2 mines sont fusionnées en une seule société appelée 'Huta Laura i Richter'. En 1937, la mine prend le nom de 'Siemanowice'. En 1975, la mine Michał lui est rattachée. Après la restructuration, la mine Siemanowice fait partie de la société 'Rudzka Spólka Węglowa S.A.'. La fermeture intervient en 1993 ; à ce moment-là, la mine portait le nom de 'KWK Siemianowice - ZG Rosalie'.
De nos jours, 3 puits sont encore visibles : Siemanowice III, Bańgów et Krystin (issu de la mine Michał). Le puits Bańgów est encore utilisé pour l'exhaure du bassin minier.


Puits III


Puits Bańgów



Puits Krystyn (anciennement KWK Michał)


KWK Siersza / Trzebinia

Etat : fermée en 1999
L'histoire de la mine Siersza remonte à 1861 avec le lancement de la mine 'Nowa Izabela'. En 1884, la mine prend le nom du puits 'Artur' nouvellement foncé. En 1947, elle est fusionnée avec la mine Zbyszek sous le nom de mine 'Siersza'. En 1951, elle est combinée avec la mine Krystyna. Malgré des mesures de rationalisation de l'exploitation, l'extraction s'arrête fin 1999. Aujourd'hui la plupart des bâtiments et installations ont été détruits, à l'exception du puits Zbyszek.


PG Silesia / Czechowice-Dziedzice

Voir le reportage sur cette mine :PG Silesia


ZG Sobieski / Jaworzno

Voir le reportage sur cette mine :ZG Sobieski


KWK Sośnica-Makoszowy / Zabrze & Gliwice

Etat : active
Compagnie : Kompania Węglowa S.A.
La mine Sośnica-Makoszowy est née de la fusion le 1er juillet 2005 des mines alors indépendantes Sośnica et Makoszowy. La production quotidienne des 2 sièges est d'environ 14 300 tonnes avec un effectif de 5021 employés.
La construction du siège Sośnica débute en 1913 ; il sera mis en service le 16 octobre 1917. En 1957, elle passe sous le contrôle de la société 'Zabrzańskie Zjednoczenie Przemysłu Węglowego' puis de la 'Kompania Węglowa S.A.' en 2003. Ce siège compte deux sites : le carreau principal avec les puits III (service), IV (extraction), VII (jamais terminé), le lavoir, et le carreau des puits VI et Bojkow pour le service ; sur ce carreau se trouve également un puits utilisé pour le remblayage. Le puits V est isolé et sert de retour d'air.
L'histoire du siège Makoszowy remonte à 1903 avec le début de la construction des puits Dellbrück, à l'origine inclus dans la mine Bielszowice. La mise en service intervient en 1906. En 1957, elle passe également sous le contrôle de la société 'Zabrzańskie Zjednoczenie Przemysłu Węglowego' puis de la 'Kompania Węglowa S.A.' en 2003. Le record de production est atteint en 1988 avec 5 127 000 tonnes de charbon extraite. Ce siège compte aujourd'hui 5 puits : I et III (service), IV (extraction) et 2 puits de retour d'air.


Siège Makoszowy



Siège Sośnica : puits III, IV et VII



Siège Sośnica : puits Bojków et VI


KWK Sosnowiec / Sosnowiec

Etat : fermée le 31 décembre 1997
Les origines de la mine Sosnowiec remontent à la création des mines 'Renard' (1856), 'Ludmila' (1863), aussi appelée 'Stary Renard' et 'Fanny' (vers 1870, mais 1er puits foncé à partir de 1881), aussi appelée 'Nowy Renard'. En 1884, les différentes mines sont regroupées dans une société nommée 'Hrabia Renard'. En 1921, la mine 'Hrabia Renard' est la plus grande industrie de Sosnowiec, avec 4925 employés. En mai 1946, elle est prend le nom de mine Sosnowiec, mais sera temporairement nommée 'Staline' de 1949 à 1956. Le record de production est atteint en 1973, avec 2 637 000 tonnes de charbon produites. Le 31 décembre 1997, la mine Sosnowiec est définitivement fermée. Il ne reste aujourd'hui que le chevalement du puits Anna dont la recette a été reconstruite pour héberger un centre d'escalade.


KWK Szombierki / Bytom

Etat : fermée à partir de 1993
La mine Szombierki est créée en 1870 à la suite d'une combinaison de plusieurs domaines miniers. Dans les années 1870-1873, ont été foncés les deux puits Hohenzollern (Ewa) et Kaiser Wilhelm (Krystyna). Le 1er janvier 1970, la mine Szombierki est fusionnée avec la mine Karol, puis en 1993 elle est incluse dans la mine Centrum. C'est alors que débute sa fermeture progressive.
La tour d'extraction marteau du puits Krystyna, datant de 1928, est classée depuis 2004. A côté le puits Ewa est toujours visible avec son chevalement et le bâtiment de la machine d'extraction. Il est encore utilisé pour le pompage de l'eau.


KWK Walenty-Wawel / Ruda Śląska

Etat : fermée en 1997
L'histoire de la mine Walenty-Wawel remonte à 1770 avec la création de la mine Brandeburg (qui deviendra plus tard la mine Wawel). C'est une des plus premières mines de charbon en Haute-Silésie. En 1841, la production débute à la mine Wolfgang (qui deviendre plus tard la mine Walenty). En 1931, les deux mines sont fusionnées en une seule exploitation nommée Wolfgang-Wawel qui deviendra Walenty-Wawel en 1936. En 1971, la mine Walenty-Wawel est fusionnée à la mine Paweł ; le nouvel ensemble sera nommé mine Wawel. Après de nombreuses années d'exploitation, l'épuisement du gisement ne permet plus de maintenir un niveau de production satisfaisant sans avoir recours aux ressources des mines voisines. C'est pourquoi la décision est prise de liquider la mine Wawel en l'intégrant dans la mine Pokój. La fusion a lieu en 1995, et la dernière tonne de charbon de la mine Wawel sera extraite en 1997.
Les chevalements de trois anciens puits de la mine Wawel sont encore visibles de nos jours : puits Klara, Mikołaj et Francisek (non photographié).


KWK Wieczorek / Katowice

Voir le reportage sur cette mine :KWK Wieczorek


KWK Wujek / Ruda Śląska & Katowice

Etat : active
Compagnie : Katowicki Holding Węglowy S.A..
La mine Wujek telle qu'elle existe aujourd'hui est née de la fusion le 1er janvier 2005 des mines Wujek et Śląsk. Les 2 sièges sont encore exploités de nos jours.
Le 4 mars 1899, 6 sociétés minières sont regroupées pour former une nouvelle mine nommée Oheim. En 1922, la mine Oheim est renommée Wujek. Elle est reprise par la société 'Katowicki Holding Węglowy S.A.' en 1993. En plus des 2 puits principaux Lechia et Krakus, 3 autres puits sont en service (descente du matériel, aérage et remblayage).
La mine actuelle Śląsk est issue de la fusion le 1er janvier 1974 de la mine Śląsk-Matilda (elle même provenant de la fusion en 1967 des mines Śląsk et Matylda) et d'une nouvelle mine Śląsk construite à partir de 1968 et mise en service le 1er janvier 1974. Elle appartient d'abord à la 'Katowickie Zjednoczenie Przemysłu Węglowego'. A partir du 1er janvier 1976 elle appartenait à la société 'Bytomskie Zjednoczenie Przemysłu Węglowego' puis en 1993 elle est reprise par la société KHW SA. Le site principal compte 2 puits pour l'extraction et le service, complétés par 2 puits périphériques pour l'aérage (retour d'air).


Siège Śląsk : puits I, II, III et IV



Siège Wujek : puits Krakus et Lechia


KWK Ziemowit / Lędziny

Etat : active
Compagnie : Kompania Węglowa S.A.
Le fonçage du puits I débute en juillet 1940, celui du puits II en octobre 1942. Le 3 décembre 1952, la mine est mise en service. En 1972, la mine voisine 'Piast' est intégrée dans la mine Ziemowit. Dans les années 80, la mine Ziemowit est une des plus importantes mines de Pologne avec une production d'environ 7 millions de tonnes par an. Avant de rejoindre le groupe Kompania Węglowa en 2003, la mine Ziemowit appartenait à la société 'Nadwiślańska Spółka Węglowa S.A.'. En 2012, elle employait 4751 salariés pour une capacité de production de 17 800 tonnes par jour. Le site principal compte 3 puits : I et II (service), III (extraction). Un peu plus loin le puits Szewczyk est utilisé pour le service et l'aérage. Enfin deux autres puits assurent (W-I et W-II) le retour d'air. Les installations de l'ancienne mine Piast ont été détruites.


© Sébastien Berrut 2007-2015 | Contact | Demande d'utilisation d'une photo