Vous êtes ici : Patrimoine Minier > Hors de France > Pologne > PG Silesia

Pologne: PG Silesia (Czechowice-Dziedzice / Silésie)


17/10/2015

La mine Silesia est une mine de charbon privée en activité située à Czechowice-Dziedzice dans la voïvodie de Silésie à environ 30 kilomètres de la frontière avec la République Tchèque.
Les débuts de la mine Silesia sont étroitement liés aux recherches de gisements de sel dans la région de Goczalkowice. Le premier sondage, financé par le gouvernement Prusse, est terminé en 1860. Il permit la découverte de saumure et de couches de charbon. La mine Silesia est créée en 1902 et le fonçage du puits n1 est lancé. En 1905, le puits n2 est foncé et l'extraction du charbon commence. En 1918, la société 'Zakłady Górnicze Silesia S.A.' devient propriétaire de la mine. Entre septembre 1939 et 1944, la mine prend le nom de Grube Silesia-Dziedzitz et passe sous le contrôle de la société Elektrowerke AG de Berlin.
Après la Seconde Guerre Mondiale, la mine appartient à la compagnie 'Rybnickie Zjednoczenie Przemysłu Węglowego', puis à la compagnie 'Jaworznicko-Mikołowskie Zjednoczenie Przemysłu Węglowego' dans les années 50. Les puits d'aérage n4 et 5 sont foncés respectivement à partir de 1963 et 1966. En 1987, la mine est intégrée dans la société 'Jaworznicko-Mikołowskie Gwarectwo Węglowe'. En 1994, la mine Silesia est réunie avec 7 autres mines pour former la compagnie 'Nadwiślańska Spółka Węglowa S.A.' basée à Tychy. En 2003, la mine Silesia et 23 autres mines sont incluses dans la nouvelle société Kompania Węglowa. En 2005, elle est fusionnée avec la mine Brzeszcze pour former la mine Brzeszcze-Silesia, dont elle devient le siège II Silesia. En septembre 2009, la compagnie 'Przedsiebiorstwo Górnicze Silesia Sp. z o.o.' est créée dans le but de trouver des investisseurs pour acheter la mine Silesia. Le 9 décembre 2010, un accord est signé pour vendre le siège II de la mine Brzeszcze-Silesia à la compagnie PG Silesia, appartenant à la holding tchèque 'Energetický a průmyslový'. La mine Silesia compte alors 738 employés et des réserves estimées à 500 millions de tonnes de charbon. Depuis son rachat, la mine Silesia fait l'objet d'un important programme de modernisation, dans lequel 150 millions d'euros seront investis.

Vues extérieures

Le site principal comporte 3 puits utilisés pour l'exploitation de la mine :
   • puits I : surmonté d'une petite tour d'extraction en béton, il est utilisé pour le personnel et du matériel. Il sert également de retour d'air.
   • puits II : équipé d'un grand chevalement à molettes superposées et de deux skips, il est le puits d'extraction de la mine (entrée d'air).
   • puits III : équipé d'un chevalement similiaire au puits II, c'est le principal puits de service : personnel et matériel (entrée d'air).
Avec 556 mètres, le puits III est le plus profond de la mine Silesia.
La mine possède 2 autres puits dépourvus de chevalement (non photographiés) localisés sur un petit site au nord du siège principal :
   • puits IV : puits d'aérage (entrée d'air).
   • puits V : puits d'aérage (retour d'air).
Le site principal assure l'extraction et le traitement du charbon, mais aussi le service. On y trouve donc le lavoir et ses voies ferrées pour l'expédition du charbon, les bâtiments pour les mineurs (vestiaires, lampisterie), des ateliers, le parc à matériel, une centrale thermique et des bureaux administratifs.


Lampisterie et recettes des puits

Dans une mine, le puits est le trait d'union entre le jour et le fond. La recette est le lieu où les mineurs et le matériel accèdent aux cages mais aussi où sont vidés les skips remontant le charbon extrait.


La lampisterie

La lampisterie est reliée directement au puits III par une longue passerelle que les mineurs doivent emprunter pour prendre la cage.


Recette jour du puits III

La recette du puits III est utilisée à la fois pour le chargement du matériel (au niveau inférieur), et pour les mineurs (au niveau supérieur où 2 étages de la cage sont accessibles simultanément). On trouve également dans le bâtiment de recette du puits III un circuit pour les berlines menant à deux culbuteurs.


Recette jour du puits II

La recette du puits II a été modernisée et comporte les installations de déchargement automatique des skips. Le charbon brut est alors envoyé sur un tapis où il subit un premier tri manuel (retrait des grosses pierres).


Recette jour du puits I

La recette du puits I, située au rez-de-chaussée de la tour d'extraction, permet l'encagement de berlines chargées de matériel.


Machines d'extraction

Trois machines d'extraction sont en service sur le siège principal, les 3 puits n'étant équipés que d'un seul compartiment. La machine du puits I n'a pas été photographiée.


Machine d'extraction du puits III

La machine d'extraction du puits III est composée d'une poulie Koepe monocâble entraînée par un moteur électrique DolMel d'une puissance de 2400 kW, construit en 1976.


Machine d'extraction du puits II

Le puits II est équipé d'une machine d'extraction moderne, inaugurée en aot 2013. Elle se compose d'une poulie Koepe bicâble fournie par la société Siemag Tecberg et d'un moteur électrique DolMel de 2200 kW. Elle assure le déplacement des skips à une vitesse de 12 m/s pour une charge utile de 12 500 kg. La capacité d'extraction est de 10 125 tonnes par jour soit environ 3 millions de tonnes par an.


Le lavoir - traitement du charbon

Le bâtiment de l'usine de préparation du charbon (lavoir) est de taille modeste mais il abrite des équipements modernes. Le fonctionnement des installations est entièrement automatisé et piloté depuis une salle de contrôle où l'on peut voir en temps réel sur des écrans toutes les données liées au process. Comme souvent dans ce type d'usine, le charbon brut est amené en haut du bâtiment par un convoyeur à bande. Il va ensuite subir diverses opérations de tri (sur des cribles vibrants) et de séparation (charbon/pierres). Deux techniques de séparation sont utilisées selon le calibre du charbon : un séparateur DISA pour les plus gros morceaux et la centrifugation pour les plus petits. Le DISA utilise une liqueur dense pour séparer les pierres du charbon (principe similaire au Drew-Boy que l'on retrouvait souvent en France). A l'extérieur, un bassin de décantation permet de clarifier et recycler l'eau issue du process. Sous les installations du lavoir se trouvent des trémies pour le chargement des produits finis dans des trains.


Le fond

La descente s'est effectuée par le puits III, jusqu'à l'étage VI, 556 mètres sous la surface. Nous avons rejoint la gare où le matériel est transféré des wagonnets vers des monorails suspendus au toit des galeries. Nous avons ensuite parcouru de longues galeries récentes pour atteindre une longue taille, équipée d'un soutènement marchant moderne. Le pendage important de la couche de charbon (plus de 30 degrés) rend cette taille particulièrement impressionnante. En octobre 2015, deux longues tailles sont en opération à la mine Silésia (tailles n102 et n334). Le charbon extrait est transporté sur le longs convoyeurs à bande. Sur le chemin du retour, peu avant de rejoindre la recette, nous avons pu voir la gare où les mineurs empruntent les monorails équipés pour le transport du personnel.

Vers la recette fond du puits III


En chemin vers la taille


Visite d'une longue taille équipée d'un soutènement marchant


Retour vers le puits III


© Sébastien Berrut 2007-2015 | Contact | Demande d'utilisation d'une photo