Vous êtes ici : Patrimoine Minier > Hors de France > Allemagne > Bassin houiller de la Ruhr

Allemagne : le bassin houiller de la Ruhr


05/11/2016

La région de la Ruhr (Ruhrgebiet en allemand) est une aire urbaine située dans le land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie dans l'ouest de l'Allemagne. Elle regroupe plusieurs grandes villes industrielles (Duisburg, Oberhausen, Bottrop, Essen, Gelsenkirchen, Bochum, Herne, Hamm, Dortmund...) qui forment une conurbation d'environ 5,7 millions d'habitants.
Il existe dans la vallée de la Ruhr d'immenses gisements de houille, sur lesquels s'est appuyé le développement économique et qui a fait sa gloire, mais la production est en forte régression. La fermeture de la dernière mine de charbon est prévue pour 2018. Cependant, c'est toujours de la Ruhr qu'est issue une grande partie de la production allemande de fer, d'acier, de produits métalliques, de produits chimiques et de textiles.
Le développement à grande échelle de l'exploitation du charbon et de l'industrie lourde dans la Ruhr remonte à la seconde moitié du XIXe siècle. La métallurgie et la sidérurgie connurent un développement fulgurant grâce à de grandes entreprises comme Krupp ou Thyssen. Vers 1850, plus de 300 mines de charbon étaient en activité dans toute la région. Le charbon était ensuite transformé dans des fours à coke pour alimenter les hauts fourneaux qui produisaient la fonte et l'acier. Avant que les gisements de charbon de la vallée de la Ruhr n'aient été épuisés, de nouveaux gisements furent exploités plus au nord. L'industrie charbonnière se déplaça vers les vallées de l'Emscher et de la Lippe, dans des mines plus profondes. L'expansion du chemin de fer dans toute l'Allemagne à partir de la seconde moitié du XIX siècle donna une impulsion nouvelle aux industries métallurgiques de la Ruhr. Les employeurs recrutaient des milliers de travailleurs pour les mines et les industries sidérurgiques au fur et à mesure de leur croissance, et la population augmenta rapidement. Les vieilles cités situées le long du Hellweg s'agrandirent et les villages devinrent des villes à leur tour. Les mineurs et leurs familles étaient souvent logés dans des «colonies de mineurs» (à l'image des corons du nord de la France) dont la plupart étaient construits par les houillères. La région minière de la Ruhr devint rapidement la plus grande région industrielle d'Europe.
Contrairement à ce qui se passe en France, il existe dans la Ruhr une véritable «culture industrielle» ; ici on ne cherche pas à effacer les traces de l'industrie lourde, mais l'on cherche à les valoriser. Bien qu'il y ait aussi eu de nombreuses démolitions, un grand nombre de sites miniers ont été préservés, reconvertis et ouverts au public. Les autorités ont fait le choix de conserver à chaque fois que c'était possible un site minier représentatif d'une technique particulière, d'une époque ou d'une architecture. C'est ainsi que, fier de son passé, la région de la Ruhr est devenue en 2010 la capitale européenne de la culture. La Route de la Culture Industrielle (Route der Industriekultur), inaugurée en 1999, fait une boucle de 400 kilomètres et permet de découvrir plus d'une cinquantaine de sites exceptionnels issus des 150 ans d'histoire industrielle de la région.

Je remercie particulièrement Peter R. (RAG Montan Immobilien Gmbh) pour son aide lors de mon séjour dans la Ruhr.

Zeche Amalie / Essen-Bergeborbeck

Début de l'exploitation : 1850
Fin de l'exploitation : 1966
Nombre de puits : 3
Aujourd'hui les puits Amalie et Marie sont maintenus ouverts pour le pompage de l'eau.


Zeche Auguste Victoria / Marl & Haltern am See

Début de l'exploitation : 1905
Fin de l'exploitation : 2015
Nombre de puits : 9
Le puits 1 est foncé à partir de 1899 et mis en service en 1905, le puits 2 en 1906. A noter qu'en 1930, lors du fonçage des puits 4/5, du minerai de plomb-zinc est découvert par hasard. Il sera exploité jusqu'en 1962 pour une production totale de 5,5 millions de tonnes de minerai de plomb-zinc et 400 tonnes d'argent. Le siège 4/5 n'est alors utilisé que pour l'aérage de la mine Auguste Victoria. Le siège 1/2 est abandonné en 1966 et la cokerie fermée. L'année suivante, le puits 5 est remblayé et le nouveau puits 8 mis en service. En 1991, la mine est vendue par BASF à la RAG.
En 2000, la production atteint 3,54 millions de tonnes pour 4003 employés. En 2001, la mine Blumenthal/Haard est rattachée à la mine Auguste Victoria pour former la mine Auguste Victoria/Blumenthal. Le 1er janvier 2007, avec l'abandon du champ Haltern, la mine reprend son nom Auguste Victoria ; les puits 1/2 sont remblayés. Le puits 6 est remblayé en 2013. La mine Auguste Victoria était une des 2 dernières mines en activité en 2014 dans le bassin de la Ruhr ; seuls les puits 3, 7, 8 et 9 étaient en service pour l'exploitation. Elle est définitivement fermée le 18 décembre 2015. Le puits 9, profond de 1200 mètres et mis en service en 1990, est remblayé en juin/juillet 2016 ; la tour d'extraction du puits 6 est démolie.
Le chevalement du puits 4 et l'ancien carreau des puits 1/2 sont classés et seront préservés. Le siège 3/7 et les installations du puits 8 seront probablement complètement démolis.

Siège 1/2


Siège principal 3/7


Siège 4/5


Puits 6


Puits 8


Bergwerk Blumenthal/Haard / Recklinghausen, Oer-Erkenschwick, Haltern, Herne et Marl

Début de l'exploitation : 1992
Fin de l'exploitation : 2001 (intégration dans la mine Auguste Victoria).
Nombre de puits : 16
Cette mine a été créée le 1er octobre 1992 par la fusion des mines General Blumenthal et Haard (anciennement Ewald Fortsetzung). Elle incluait alors les sièges Ewald Fortsetzung 1/2/3, General Blumenthal 1/2/6, le puits central d'extraction General Blumenthal 11 (anciennement puits 11 de la mine Shamrock, fermée en 1967), les puits d'aérage Ewald Fortsetzung 4/5, General Blumenthal 3/4, General Blumenthal 7, An der Haard 1 et enfin les puits de service General Blumenthal 8 et Haltern 1/2. L'exploitation s'arrêta le 30 juin 2001 avec le rattachement à la mine Auguste Victoria. Les puits General Blumenthal 4 et 7 sont remblayés la même année, suivis en 2002 par les puits General Blumenthal 2, 3, 6 et 8. Les puits Haltern 1/2 sont remblayés en 2006.
Le carreau du puits central d'extraction Blumenthal/Haard 11 avec lavoir, recette et tour d'extraction en béton a été intégralement rasé en 2011. Les installations des autres puits ont été démantelées, à l'exception des puitsGeneral Blumenthal 7, An der Haard etEwald Fortsetzung 3, encore visibles en 2015.

Puits central d'extraction 11


Puits An der Haard 1


Zeche Bonifacius / Essen-Kray

Début de l'exploitation : 1859-1861
Fin de l'exploitation : 1967 (rattachement à la mine Holland)
Nombre total de puits : 5
Le 1er décembre 1966, la mine Bonifacius est reliée à la mine Holland. En 1967, elle cesse d'extraire du charbon ; la production est concentrée sur le siège Holland 3/4/6. Le puits 3 est abandonné. Lors du rattachement de la mine Holland à la mine Zollverein, les puits Bonifacius 1 et 5 sont également transférés ; le puits 2 est détruit. Au début des années 80, les champs Bonifacius et Holland sont abandonnés.
Plusieurs bâtiments du siège 1/2 dont certains d'architecture néogothique, ont été conservés et reconvertis. Le chevalement du puits 1 et ses deux machines d'extraction ont aussi été préservés : une machine d'extraction à vapeur à tambour construite en 1913 par la Gutehoffnungshütte de Sterkrade et une machine d'extraction électrique à poulie Koepe construite par Siemens-Schuckert en 1914.

Siège 1/2


Machine d'extraction 'ouest' du puits n1


Machine d'extraction 'est' du puits n1


Zeche Brockhauser Tiefbau / Bochum-Sundern

Début de l'exploitation : 1873
Fin de l'exploitation : 1904
En 1886, la mine est reprise par la mine Carl Friedrich's Erbstollen. Le puits est encore utilisé pour l'aérage ; il est équipé d'un ventilateur en 1888. En 1904, le champ d'exploitation est abandonné et le puits sera remblayé en 1912.
La tour Malakoff construite en maçonnerie au-dessus du puits en 1874 a été conservée.


Zeche Carl / Essen-Altenessen

Début de l'exploitation : 1861
Fin de l'exploitation : 1929
Nombre de puits : 2
Le puits d'extraction Carl I (Hercule) est équipé d'une grande tour Malakoff. En 1899, un chevalement est construit au-dessus de la tour. Après l'arrêt de la production en 1929, le puits devient un puits d'aérage pour la mine Emil-Emscher. Le chevalement est démantelé en 1931. Le puits d'aérage est abandonné en 1955 ; toute activité cesse en 1970.
L'ensemble des bâtiments de la mine Carl, dont la tour Malakoff, sont classés monument historique.


Zeche Carl Funke / Essen-Heisingen

Début de l'exploitation : 1804 (à flanc de coteau)
Fin de l'exploitation : 1973
Nombre de puits : 6
En 1967, la mine est fusionnée avec la mine Pörtingssiepen. Le 30 avril 1973, la mine Pörtingssiepen/Carl Funke est définitivement fermée. Le chevalement du puits 1 (Friedrich Wilhelm) est conservé.


Zeche Carolinenglück / Bochum-Hamme

Début de l'exploitation : 1850
Fin de l'exploitation : 1964
Nombre de puits : 4
La mine est fermée le 31 mai 1964, mais les puits 2 et 3 sont maintenus ouverts pour le pompage de l'eau. La tour Malakoff du puits 2 et le chevalement du puits 3 sont encore visibles.


Zeche Concordia / Oberhausen

Début de l'exploitation : 1854
Fin de l'exploitation : 1968
Nombre de puits : 6
La mine est fermée le 22 mars 1968, mais les puits 2 et 6 sont encore utilisés pour le pompage de l'eau. Les chevalements d'origine ont été remplacés par de plus petites structures.

Siège 2/3


Puits 6


Zeche Consolidation / Gelsenkirchen

Voir le reportage sur cette mine :Zeche Consolidation


Kleinzeche Egbert / Witten-Herbede

Début de l'exploitation : 1962
Fin de l'exploitation : 1976
A sa fermeture, cette mine était la dernière «petite mine» de la Ruhr.


Zeche Erin / Castrop-Rauxel

Début de l'exploitation : 1867
Fin de l'exploitation : 1983
Nombre de puits : 7
La mine Erin est fermée le 23 décembre 1983. La tour d'extraction 'marteau' du puits 3, haute de 38 mètres et construite à partir de 1918 (restaurée en 1993), ainsi que le chevalement du puits 7 sont conservés. En haut de la tour du puits 3, la machine d'extraction électrique à poulie Koepe est également visible. Depuis 1937 jusqu'à la fermeture de la mine, le puits 3 n'était utilisé que pour la descente du personnel ; le charbon était remonté par le puits 7.

Puits 3


Machine d'extraction du puits 3


Siège 1/2/4/7 : puits 7


Zeche Ewald / Herten

Voir le reportage sur cette mine :Zeche Ewald


Zeche Ewald Fortsetzung / Oer-Erkenschwick

Début de l'exploitation : 1904
Fin de l'exploitation : 1992 (la mine est intégrée à la mine Blumenthal/Haard)
Nombre de puits : 5
En 1975, la mine est reliée avec la mine General Blumenthal. Le 1er juillet 1978, elle prend le nom de mine Haard. Le 1er octobre 1992, la mine Haard est fusionnée avec la mine General Blumenthal pour former la mineBlumenthal/Haard. L'extraction du charbon est concentrée sur le puits central 11 de la mine General Blumenthal. Le puits 2 est remblayé en 1997 ; les puits 1, 3, 4 et 5 le seront en 1999.
Les bâtiments administratifs, le puits 3 (chevalement et recette) et sa superbe machine d'extraction à vapeur, construite par la firme Eisenhütte Prinz Rudolph (EPR) de Dülmen en 1940, furent préservés lors de la démolition du siège 1/2/3. Le siège 4/5 a été rasé.

Siège 1/2/3


Machine d'extraction à vapeur du puits 3


Zeche Friedrich Heinrich (Bergwerk West) / Kamp-Lintfort

Début de l'exploitation : 1912
Fin de l'exploitation : 31 décembre 2012
Nombre de puits : 4
En 2001, la mine Friedrich Heinrich fusionne avec certains puits de la mine Rheinland pour former la mine Ouest (Bergwerk West). La mine Rheinland comprenait en effet les sièges Pattberg 1/2, Rossenray 1/2, Rheinpreußen 8, Rheinpreußen 9 et Rheinberg. Le nord et l'ouest de la zone minière avec les sièges Pattberg (déjà fermé) et Rossenray sont rattachés à la mine Friedrich Heinrich. L'est et le sud de la zone minière avec les puits Rheinpreußen 8, Rheinpreußen 9 et Rheinberg sont rattachés à la mine Walsum à Duisburg. La mine Ouest ferme définitivement le 31 décembre 2012, marquant la fin de l'extraction du charbon dans le secteur ouest de la Ruhr.
En octobre 2013, le carreau des puits 1/2 dominé par la grande tour d'extraction du puits 1, est encore intact. Le lavoir est démoli en 2015. Un peu plus loin, le chevalement du puits 3 et la tour d'extraction du puits 4 sont toujours visibles, tout comme lesiège Rossenray, mais de nombreuses démolitions sont à craindre.

Siège principal : puits 1/2


Puits 3


Puits 4 (Hoerstgen)


Zeche Friedrich Thyssen / Duisburg

Début de l'exploitation : 1876
Fin de l'exploitation : 1976
Nombre de puits : 8
Le 15 décembre 1976, le siège 2/5 - le dernier en activité - est fermé. Des importantes installations de cette mine, il ne subsiste plus que le chevalement du puits 6, conservé au milieu d'un parc.


Zeche Fürst Hardenberg / Dortmund

Début de l'exploitation : 1876
Fin de l'exploitation : 1960
Nombre de puits : 2
Le 1er janvier 1960, la mine Fürst Hardenberg est reprise par la mine Minister Stein et cesse de produire le 19 août de la même année. Le charbon provenant du champ Fürst Hardenberg sera extrait par le puits central 7 de la mine Minister Stein. En 1983, le puits 1 est remblayé. Finalement, en 1987, avec la fermeture de la mine Minister Stein, l'extraction du charbon dans le champ Fürst Hardenberg s'arrête.
La belle tour Malakoff du puits 1 et le bâtiment de la machine d'extraction sont conservés.


Zeche Fürst Leopold / Dorsten-Hervest

Début de l'exploitation : 1913
Fin de l'exploitation : 2001
Nombre de puits : 6
En 1931, la mine Fürst Leopold est fusionnée avec la mine Baldur, puis en 1981 avec la mine Wulfen. Enfin, en 1998 la mine Fürst Leopold/Wulfen est fusionnée avec lamine Westerholtpour former la mine Lippe (Bergwerk Lippe). En 2001, l'extraction du charbon est concentrée sur le siège Westerholt. Les puits Wulfen 1/2 et Baldur 1 sont remblayés. Les puits Fürst Leopold 1 et 2 sont encore utilisés pour l'aérage et le service de la mine Lippe. Le grand chevalement du puits n2 est abattu le 6 avril 2008. De cet important carreau, il ne reste plus que quelques anciens bâtiments ainsi que le chevalement du puits n1 et ses deux machines d'extraction à vapeur, construites par la firme Friedrich Wilhelms-Hütte de Mülheim en 1912 (machine Est) et 1915 (machine Ouest). Les 2 puits sont encore ouverts et utilisés pour le pompage de l'eau.

Siège 1/2


Machine d'extraction à vapeur 'est' du puits n2


Machine d'extraction à vapeur 'ouest' du puits n2


Zeche General Blumenthal / Recklinghausen

Début de l'exploitation : 1879
Fin de l'exploitation : 1992
Nombre de puits : 11 (en incluant les puits Haltern 1/2)
En 1992, la mine General Blumenthal est fusionnée avec la mine Haard pour former la mineBlumenthal/Haard. En 2015, les installations du puits 7 et son petit chevalement sont encore visibles. Les carreaux des autres puits ont tous été rasés.


Zeche Germania / Bochum

Début de l'exploitation : 1855
Fin de l'exploitation : 1971
Nombre de puits : 11
Le 30 septembre 1929, le siège 2/3 arrête d'extraire. Il en sera de même du puits 4 (et donc de toute la mine) le 15 octobre 1930. La plupart des installations de surface sont démolies. En 1934, le champ d'exploitaion Germania est repris par la mine Zollern (siège 1/3). Le nouveau puits 5 extrait son 1er charbon en 1951. En 1954, le champ Germania est à nouveau indépendant et le siège central 3/5 est mis en service. L'année suivante, le champ d'exploitation Zollern est rattaché à la mine Germania et sera exploité par le siège 3/5. En raison de conditions d'exploitation difficiles et d'un type de charbon peu adapté à la cokéfaction, la mine Germania est fermée le 14 mai 1971. Il ne reste plus rien de cette mine, à l'exception du chevalement du puits V qui fut installé en 1973 sur le site du musée de la mine à Bochum.


Zeche Gneisenau / Dortmund-Derne

Début de l'exploitation : 1886
Fin de l'exploitation : 1985
Nombre de puits : 5 (en incluant le puits Grevel)
Cette mine fut la plus importante de la Ruhr, avec une production de 4,2 millions de tonnes de charbon en 1974, pour un effectif de plus de 6 300 mineurs. En 1984, une liaison souterraine avec la mine Haus Aden est créée. Après la fermeture en 1985, le charbon sera extrait par la mine Haus Aden.
Les chevalements et bâtiments des machines d'extraction des puits 2 et 4 sont conservés. Un peu à l'écart, la tour du puits Grevel est également visible (voir plus bas, mine Preußen).

Siège 1/2/3/4


Machine d'extraction à vapeur 'nord' du puits n4


Zeche Hannover / Bochum-Hordel

Début de l'exploitation : 1870
Fin de l'exploitation : 1973
Nombre de puits : 6
Le 16 février 1953, la mine Hannover fusionne avec la mine Hannibal pour former la mine Hannover/Hannibal. En 1961, la mine Königsgrube est reprise par la mine Hannover/Hannibal. En 1964, la production de la mine Hannibal est concentrée sur la mine Hannover. En 1967, la production des mines Hannover, Hannibal, Königsgrube, Constantin der Große et Mont Cenis est concentrée sur le puits 2 de la mine Hannover, sous le nom de mine Bochum (Bergwerk Bochum). La mine Bochum sera finalement fermée le 31 mars 1973.
Il ne reste plus rien du siège 3/4/6, mais sur le carreau du siège 1/2/5, une partie des installations du puits 1 a été sauvegardée, en particulier la superbe tour Malakoff et sa machine d'extraction à vapeur, ainsi que les ventilateurs pour l'aérage. Pour des raisons financières, la tour Malakoff du puits Hannibal 2 a été détruite en 1978/79.


Zeche Hansa / Dortmund-Huckarde

Début de l'exploitation : 1869
Fin de l'exploitation : 1980
Nombre de puits : 5
Une première fermeture de la mine est proposée en 1967, mais elle ne se produira pas en raison des protestations de la population. En 1975, un projet expérimental d'extraction du charbon par une technique hydro-mécanique est lancé. Le 22 mars 1979 se produit la dernière catastrophe minière de Dortmund : un coup de grisou tua 7 mineurs. La mine Hansa est fermée le 28 novembre 1980 avec la fin du projet d'extraction hydro-mécanique. En 1983, le puits 2 est reconverti en puits d'aérage pour la mine Minister Stein.
Les puits 2 et 3 ont été utilisés pour le pompage de l'eau jusqu'en juin 2014 ; ils ont été remblayés en 2016. De l'autre côté de la route, l'ancienne forge de 1905 a été préservée et restaurée. Le chevalement du puits 3 sera également préservé.


Zeche Haus Aden / Oberaden

Début de l'exploitation : 1939
Fin de l'exploitation : 1998
Nombre de puits : 7
En 1993, la mine Haus Aden est fusionnée avec la mine Monopol pour devenir la mine Haus Aden/Monopol. En 1998, une nouvelle fusion a lieu avec la mine Heinrich-Robert pour former lamine Est(Bergwerk Ost). L'extraction du charbon est alors concentrée sur le siège Heinrich-Robert. En octobre 2013, le puits 2 est encore utilisé pour le pompage de l'eau. Le reste du carreau 1/2, ainsi que les autres puits ont été démantelés.


Zeche Heinrich / Essen-Überruhr

Début de l'exploitation : 1852
Fin de l'exploitation : 1988
Nombre de puits : 4
En 1964, la mine Theodor est rattachée à la mine Heinrich ; la production est concentrée sur le siège Heinrich 1/2/3. La mine est fermée le 1er avril 1968 et l'ensemble des puits Heinrich et Theodor sont remblayés, à l'exception des puits III et Holthuser Tal qui sont encore utilisés pour le pompage de l'eau. Le chevalement du puits III est bien visible au bord de la rivière Ruhr.

Siège 1/2


Puits Holthuser Tal


Zeche Heinrich Robert (Bergwerk Ost) / Hamm

Voir le reportage sur cette mine :Bergwerk Ost


Zeche Holland / Gelsenkirchen-Ückendorf & Bochum-Wattenscheid

Début de l'exploitation : 1856
Fin de l'exploitation : 1974
Nombre de puits : 6
La mine est fermée le 15 janvier 1974. Le champ d'exploitation et les puits sont alors rattachés à la mine Zollverein. Les installations sont définitivement abandonnées à la fin des années 80.
Les tours Malakoff des puits 1/2, construites de 1856 à 1860, sont le seul ensemble de ce genre conservé en Europe. Elles étaient auparavant surmontées de deux chevalements métalliques. Les bâtiment du carreau ont été reconvertis pour un usage résidentiel et de bureau.
Sur le siège 2/4/6, le chevalement du puit 4 - construit en 1927 - est toujours debout, mais le bâtiment de la recette a été détruit en 2015 en raison de son très mauvais état. Le bâtiment de la machine d'extraction du puits 6 a été reconverti.

Siège 1/2


Siège 3/4/6


Zeche Hugo / Gelsenkirchen-Buer

Début de l'exploitation : 1878
Fin de l'exploitation : 1997
Nombre de puits : 9
En 1993, la mine Hugo est regroupée avec les mines Consolidation et Nordstern. Puis en 1997, la mine Hugo/Consolidation est fusionnée avec la mine Ewald/Schlägel & Eisen pour devenir la mine Ewald/Hugo. Le charbon du champ Hugo sera alors exploité par le siège Ewald. La mine Hugo est définitivement fermée le 30 avril 2000.
Il reste de nombreuses installations sur le carreau des puits 2/5/8 : chevalement et bâtiment de la machine d'extraction du puits n2, salle des pendus, bâtiments administratifs.

Siège 2/5/8


Machine d'extraction du puits n2


Zeche Julius Philipp / Bochum-Wiemelhausen

Début de l'exploitation : 1863
Fin de l'exploitation : 1908
Nombre de puits : 4
En 1908, une liaison est créée avec la mine Prinz Regent. Les puits ne serviront alors plus que pour le personnel, le matériel et l'aérage. En 1927, les équipements miniers restants sont démantelés et les puits remblayés. La tour Malakoff du puits 1 a été conservée et reconvertie.


Zeche Königsborn / Bönen

Début de l'exploitation : 1880
Fin de l'exploitation : 1978
Nombre de puits : 7
En 1965, le puits 4 devient le puits d'extraction principal. Le siège 2/6 est fermé le 30 juin 1966. Le 31 mai 1978, l'extraction est arrêtée et une partie des installations (notamment le puits VII ou Lerche) est transférée à la mine voisine Heinrich-Robert. Le 15 mai 1981, le siège 3/4 est fermé. Le puits 4 sera maintenu ouvert pendant plusieurs années pour le pompage de l'eau ; il est finalement remblayé en 1996/97. Sa tour d'extraction construite en 1927/28 a été préservée et restaurée. En haut de la tour, la belle machine d'extraction électrique à poulie Koepe quadricâble, construite par la firme Eisenhütte Prinz Rudolph (EPR) en 1964, est encore en bon état.

Siège 3/4


Dans la tour du puits n4 : machine d'extraction, groupes convertisseurs...


Zeche Lohberg / Dinslaken-Lohberg

Voir le reportage sur cette mine :Zeche Lohberg


Zeche Minister Achenbach / Lünen

Début de l'exploitation : 1900
Fin de l'exploitation : 1992
Nombre de puits : 7
Le puits 1 est foncé à partir d'août 1897, le puits 2 (aérage) à partir de 1899. L'extraction du charbon débute au puits 1 le 1er novembre 1900. En 1941, la production atteint 2,1 millions de tonnes. En 1973, la mine Victor-Ikern est fermée et son champ d'exploitation est repris par la mine Minister Achenbach, avec les puits Ikern 3 et 4. Fin 1988, l'exploitation du champ Est est arrêtée ; les puits 3, 4, 5 et 6 ne sont donc plus nécessaires et sont remblayés. Le puits Ickern 4 est remblayé en 1990. En raison de l'épuisement des réserves exploitables, l'extraction du charbon s'arrête le 30 juin 1992. Les puits Achenbach 1, 2 et 7, ainsi qu'Ikern 3 sont alors remblayés. La plupart des installations de surface ont été démolies en 1993 et 1994. Il ne reste aujourd'hui pas grand chose de cette importante mine (extraction totale : 126 500 000 tonnes). Seul le chevalement du puits 4, transformé par le designer Luigi Colani et quelques bâtiments sont visibles.


Zeche Minister Stein / Dortmund-Eving

Début de l'exploitation : 1871
Fin de l'exploitation : 1987
Nombre de puits : 7
Le 1er janvier 1960 la mine Minister Stein reprend la mine Fürst Hardenberg. Elle sera fermée le 31 mars 1987.
Le principal vestige de cette mine est la tour d'extraction 'marteau' du puits 4. La recette a été démolie et reconstruite pour transformer l'ensemble en immeuble de bureaux. Les deux machines d'extraction Siemens-Schuckert situées en haut de la tour ont été judicieusement intégrées au nouvel aménagement.


Zeche Monopol / Bergkamen & Kamen

Début de l'exploitation : 1893
Fin de l'exploitation : 1994
Nombre de puits : 8 (Grillo 1 à 4 et Grimberg 1 à 4)
En 1945, la mine Monopol est séparée en mine Grillo/Grimberg 1/2 et mine Grimberg 3/4. En 1975, la mine Neu-Monopol est créée. Le siège Grillo 1/2 est fermé en 1981. En 1982, la mine Neu-Monopol est renommée Monopol (Bergwerk Monopol). En 1993, les mines Monopol et Haus Aden sont fusionnées pour former la mine Haus Aden/Monopol. Le 1er janvier 1994, la mine Monopol (siège Grimberg 1/2) cesse de produire du charbon ; l'extraction sera réalisée par le siège Haus Aden 1/2. Le 16 février 1994, le siège Grimberg 3/4 est abandonné et le puits Grimberg 3 remblayé. En juin la mine Monopol est définitivement fermée. Les puits Grimberg 1 et 4 sont remblayés en 1995. En 1998, les puits Grillo 1, Grillo 4 et Grimberg 2 sont rattachés à la nouvellemine Est(Bergwerk Ost).
En octobre 2013, le puits Grimberg 2 est toujours ouvert pour le pompage de l'eau et sa machine d'extraction à poulie Koepe tricâble fonctionne. Le chevalement est impressionnant ; il possédait à l'origine 4 x 3 molettes superposées (2 compartiments). Le chevalement du puits Grillo 1 est également visible. Les autres installations de la mine Monopol ont été détruites.

Siège Grimberg 1/2


Machine d'extraction du puits Grimberg n2


Siège Grillo 1/2


Bergwerk Niederberg / Neukirchen-Vluyn

Voir le reportage sur cette mine :Bergwerk Niederberg


Zeche Nordstern / Gelsenkirchen-Horst

Début de l'exploitation : 1868
Fin de l'exploitation : 1983
Nombre de puits : 4
En 1982, une liaison avec la mine Zollverein est créée. Le 1er janvier 1983, la mine Nordstern est rattachée à lamine Zollverein.L'extraction du charbon par la mine Nordstern s'arrête le 1er septembre 1983. Les mines Nordstern et Consolidation sont reliées en 1985. Après la fermeture de la mine Zollverein en 1986, les puits de la mine Nordstern sont encore utilisés par lamine Consolidationjusqu'en 1993.
Le siège 3/4 a été entièrement démantelé. Le siège 1/2 a fait l'objet d'une reconversion en un grand parc ouvert au public. Le chevalement du puits 1 et la tour d'extraction du puits 2 ont été conservés et réhabilités. Dans le parc on peut trouver d'autres vestiges comme un important silo de stockage du charbon.

Siège 1/2


Machine d'extraction du puits n2


Zeche Osterfeld / Oberhausen-Osterfeld

Début de l'exploitation : 1879
Fin de l'exploitation : 1992
Nombre de puits : 8
En 1989, la compagnie Ruhrkohle AG prend la décision de fusionner la mine Osterfeld avec lamine Lohberg.A terme l'extraction du charbon par la mine Osterfeld doit s'arrêter, le champ Osterfeld sera exploité par la mine Lohberg. En 1991, une longue liaison souterraine est créée entre les deux mines ; elle sera opérationnelle en 1992, entraînant la fermeture de la mine Osterfeld.
La plupart des installations minières ont été détruites, à l'exception du chevalement du puits 3 (Paul Reusch), du chevalement et de la recette du puits 5 (Sterkrade 1, voir plus bas mine Sterkrade) et enfin du carreau du puits 4 avec sa belle tour d'extraction, laissée à l'abandon.

Siège 1/3


Puits 4


Zeche Pattberg / Moers

Début de l'exploitation : 1927
Fin de l'exploitation : 1971 (intégration dans la mine Rheinland)
Nombre de puits : 2
Il s'agit en fait du siège 6/7 de la mine Rheinpreußen. Ce siège prit le nom de l'ancien directeur technique de la compagnie Rheinpreußen, Heinrich Pattberg. En 1969/70, le siège Pattberg est rattaché à la mine Rossenray pour former la mine Pattberg/Rossenray. En 1971, la mine Pattberg/Rossenray fusionne avec la mine Rheinpreußen pour former la mine Rheinland. L'extraction s'arrête définitivement le 1er juillet 1993.
Le bâtiment de la machine d'extraction Est du puits 1, le château d'eau et la grande halle de stockage du charbon ont été conservés.


Zeche Pluto / Wanne-Eickel

Début de l'exploitation : 1860
Fin de l'exploitation : 1976
Nombre de puits : 7
Avec la création de la société Ruhrkohle AG, les mines Pluto et Consolidation sont réunies mais continuent chacune à extraire le charbon. Le 31 mars 1976, la mine Pluto est fermée. Le champ d'exploitation et les puits sont repris par lamine Consolidation.A la fermeture de cette dernière en 1993, les puits de l'ex-mine Pluto encore en service sont fermés et remblayés. Le grand chevalement portique, la recette et les bâtiments des machines d'extraction du puits 3 ont été sauvegardés.


Zeche Preußen / Lünen-Horstmar & Lünen-Gahmen

Début de l'exploitation : 1873 (fonçage du 1er puits)
Fin de l'exploitation : 1929
Nombre de puits : 5 (Preußen I : 2, Preußen II : 3)
La mine Preußen comprenait 2 sièges indépendants : Preußen I et Preußen II. Le siège Preußen I arrête d'extraire le 3 avril 1926. Les 2 puits sont abandonnés mais pas remblayés ; ils seront réutilisés plus tard par la mine Victoria et seront renommés Victoria 3/4.
Le siège Preußen II est fermé le 30 juin 1929. Les puits sont obturés à l'exception du puits d'aérage Grevel (Rote Fuhr) qui est rattaché à la mine Gneisenau. La belle tour Malakoff en briques construite au-dessus du puits a été préservée et reconvertie. Il s'agit du seul vestige industriel de cette mine. Près de ce puits, le château d'eau «Lanstroper Ei» de 1905 mérite le détour.


Bergwerk Prosper-Haniel / Bottrop

Début de l'exploitation : 1863 (mine Prosper)
Nombre de puits : 16 (à la création de la mine)
La mine Prosper-Haniel est créée en 1974 par la fusion des mines Prosper et Jacobi/Franz Haniel. Elle comprenait alors les sièges Prosper I (puits 1/4/5), Prosper II (puits 2/3/8), Prosper III (puits 6/7), Prosper IV (puits 9), Arenberg Fortsetzung 1/2, Jacobi 1/2, Franz Haniel 1/2 et Möller 5. En 1975, le siège Prosper I (qui ne servait que pour l'aérage et l'exhaure) est abandonné et les puits remblayés ; il en est de même pour le puits Arenberg 2. En 1976, les anciens puits d'extraction Jacobi 1/2 sont encore utilisés pour le personnel puis pour l'aérage jusque fin 1977. Ils sont alors abandonnés et remblayés.
En 1981, le nouveau puits Prosper 10 est mis en service pour le personnel et le matériel. Les puits Prosper 3 (siège Prosper II), Möller 5 et Arenberg 1 deviennent inutiles et sont remblayés. En raison de la faible rentabilité de l'extraction par les puits Prosper 6 et 8, un plan incliné long de 3200 mètres est mis en service en 1987. Il relie le fond du siège Franz Haniel 1/2 au siège Prosper II sur lequel se trouve le lavoir. Il est équipé d'une bande transporteuse qui assure l'extraction de tout le charbon produit par la mine Prosper-Haniel. Les puits des sièges Prosper II et III sont alors abandonnés et remblayés. Le siège Prosper III est complètement rasé ; sur le siège Prosper II, le chevalement et la tour Malakoff du puits 2 sont conservés et classés. La machine d'extraction est réutilisée pour le puits Voerde de la mine Walsum.
En 2002, le chevalement du puits Franz Haniel 2 est démonté, mais le puits reste ouvert pour l'aérage. A la fermeture de la mine Lohberg-Osterfeld en 2005, le puits Lohberg 4 (Hünxe) est rattaché à la mine Prosper-Haniel.
En 2016, la mine est toujours en activité avec les puits Prosper 9, Prosper 10, Franz Haniel 1 et 2, Hünxe et le plan incliné pour l'extraction. 4200 salariés assurent une production annuelle de 3 millions de tonnes. La fermeture est prévue en 2018.

Siège Prosper II (2/3/8)


Siège Franz Haniel 1/2


Siège Prosper IV (puits 9)


Puits Prosper 10


Zeche Radbod / Hamm-Bockum-Hövel

Début de l'exploitation : 1907
Fin de l'exploitation : 1990
Nombre de puits : 6 (le puits 7 n'a jamais été terminé)
Après l'arrêt de l'extraction du charbon le 31 janvier 1990, les puits 1 et 2 sont remblayés. Le puits 5 est maintenu ouvert pour l'aérage de la mine Heinrich Robert puis de lamine Est(Bergwerk Ost). Il est finalement remblayé en décembre 2012. Sur le carreau 1/2/5, les chevalements et bâtiments des machines d'extraction sont toujours visibles. Les machines d'extraction à vapeur des puits n1 et 2 ont été préservées.

Siège 1/2/5


Machine d'extraction à vapeur du puits n1


Puits 6 (Donar)


Zeche Recklinghausen / Recklinghausen

Début de l'exploitation : 1875
Fin de l'exploitation : 1974
Nombre de puits : 6 (Recklinghausen I : 2, Recklinghausen II : 4)
La mine Recklinghausen comprenait 2 sièges indépendants : Recklinghausen I et Recklinghausen II. Le siège I cesse d'extraire en 1931 ; la totalité de l'extraction est réalisée par le siège II. Ce dernier est fermé le 30 septembre 1974. Le champ d'exploitation et les puits sont alors transférés à lamine Ewald.En 1988, le siège II est définitivement abandonné et les derniers puits seront remblayés en 1990.
Le grand chevalement et le bâtiment des machines d'extraction du puits 4 (Konrad Ende) ont été conservés. La machine d'extraction à vapeur de 1962 est toujours visible. Elle fut la dernière machine à vapeur installée dans un charbonnage.


Zeche Rheinpreußen / Duisburg & Moers

Début de l'exploitation : 1876
Fin de l'exploitation : 1971 (intégration dans la mine Rheinland)
Nombre de puits : 9
Le siège 1/2 cesse d'extraire le 1er août 1925 ; les 2 puits sont encore utilisés pour l'aérage du siège 4. En 1927, le siège 6/7 devient le siège Pattberg. Le puits 4 cesse d'extraire en 1962 ; il devient puits d'aérage en 1963, l'extraction est réalisée par le puits 5. La même année, les puits 1/2 et 3 sont définitivement abandonnés. En 1971, l'ensemble des installations de la mine Rheinpreußen est transféré à la nouvelle mine Rheinland. L'extraction s'arrête le 28 mars 1990 au puits 9. La même année, le puits de service Rheinpreußen 8 (Gerdt) est rattaché à lamine Walsum.
Plusieurs vestiges de cette mine ont été sauvegardés au titre du patrimoine industriel : la tour Malakoff du puits 1 et le joli chevalement portique du puits 4 avec sa recette et une machine d'extraction Siemens-Schuckert abritée dans un superbe bâtiment. Le carreau du puits 8 (Gerdt) et sa tour d'extraction est plus ou moins laissé à l'abandon. Il était toujours visible fin 2013.

Siège 1/2


Puits 4 et sa machine d'extraction


Puits 8 (Gerdt)


Zeche Robert Müser / Bochum-Werne

Début de l'exploitation : 1929
Fin de l'exploitation : 1968
Nombre de puits : 11
La mine est fondée dans les années 20 en regroupant plusieurs mines jusque là indépendantes : Heinrich Gustav, Caroline, Vollmond, Amalia et Prinz von Preußen. La mine Robert Müser est fermée le 31 mars 1968. La totalité des installations sont démantelées, les puits remblayés, à l'exception du puits Arnold et du puits d'aérage Gustav, encore utilisés pour le pompage de l'eau.


Zeche Rossenray (Bergwerk West) / Kamp-Lintfort

Début de l'exploitation : 1963
Fin de l'exploitation : 1971 (intégration dans la mine Rheinland)
Nombre de puits : 2
En 1968/69, la mine Rossenray est intégrée dans la compagnie Ruhrkohle AG et fusionnée avec la mine Pattberg. En 1971, la mine Rossenray/Pattberg est intégrée avec la mine Rheinpreßen dans la nouvelle mine Rheinland. Le siège Rossenray est alors utilisé pour le transport du personnel, du matériel et des stériles. En 2001, il est rattaché à la mine Ouest (Bergwerk West). Avec la fermeture de la mine Ouest le 31 décembre 2012, le siège Rossenray est définitivement abandonné. En août 2015, la tour d'extraction du puits 1 et le chevalement du puits 2 étaient encore visibles.


Zeche Schlägel & Eisen / Herten-Langenbochum

Voir le reportage sur cette mine :Zeche Schlägel & Eisen


Zeche Sterkrade / Oberhausen-Sterkrade

Début de l'exploitation : 1903
Fin de l'exploitation : 1933 (intégration dans la mine Osterfeld)
Nombre de puits : 2
Le 1er février 1933, la mine Sterkrade cesse d'extraire du charbon. Les installations sont transférées à la mine Osterfeld. Le charbon provenant du champ d'exploitation Sterkrade sera alors extrait par la mine Osterfeld. En 1971, les puits Sterkrade 1 et 2 sont renommés Osterfeld 5 et 6. Les 2 puits sont finalement abandonnés en 1995 et remblayés. Le chevalement et la recette du puits Sterkrade 1 (Osterfeld 5) ont été préservés.


Zeche Teutoburgia / Herne-Börnig

Début de l'exploitation : 1910
Fin de l'exploitation : 1945
Nombre de puits : 2
En raison de la difficulté à extraire le charbon, la mine Teutoburgia est fermée en 1925. Le puits servent encore pour le pompage de l'eau mais la plupart des installations sont démantelées. En 1929, la zone minière et les puits sont rattachés à la mine Erin. Le chevalement et le bâtiment de la machine d'extraction du puits 1 ont été conservés au milieu d'un parc.


Zeche Unser Fritz / Herne

Début de l'exploitation : 1873
Fin de l'exploitation : 1928
Nombre de puits : 5
Dès 1877, la mine Unser Fritz est reliée à lamine Consolidation.Le 31 décembre 1925, le siège 2/3 est fermé. Le 30 novembre 1928, c'est au tour du siège 1/4 de fermer, avec l'intégration de la mine Unser Fritz dans la mine Consolidation. En 1936, les puits 1/4 sont remis en service pour la mine Consolidation (transport du personnel et du matériel). Avec la fermeture de la mine Consolidation, les puits de la mine Unser Fritz encore ouverts sont remblayés.
La tour Malakoff du puits 1 de 1873 est conservée, tout comme certains bâtiments du siège 2/3.


Bergwerk Walsum / Duisburg

Voir le reportage sur cette mine :Bergwerk Walsum


Zeche Waltrop / Herne

Début de l'exploitation : 1905
Fin de l'exploitation : 1979
Nombre de puits : 3
Le fonçage des puits 1/2 débute en 1903 ; ils rencontrent le charbon à 500 et 505 mètres de profondeur. L'extraction commence en 1905. Le puits 3 est foncé à partir de 1956. L'année suivante est atteint le plus grand nombre d'employés : 2817. En 1964, la mine Waltrop est fortement menacée de fermeture, mais les vives protestations de la population permettront la poursuite de l'activité. En 1969, la mine est reprise par la nouvelle société Ruhrkohle AG. Le record de production est réalisé en 1974 avec 1,13 millions de tonnes extraites par environ 2000 employés. En 1978, la mine Waltrop est fusionnée administrativement avec la mine voisine Minister Achenbach. Elle sera fermée un an plus tard, le 29 juin 1979 ; elle comptait alors encore 1294 employés. Les puits resteront toutefois ouverts jusqu'au début des années 90.
De nombreux bâtiments du siège 1/2 à l'architecture remarquable ont été conservés et reconvertis. Plusieurs entreprises s'y sont installées. Malheureusement, les deux chevalements et leurs recettes, tout comme le lavoir, ont été démolis. Sur les trois machines à vapeur que comptait le siège 1/2, deux ont été conservées : la machine I du puits n1 et la machine du puits n2, dont le bâtiment a été transformé en bureaux pour une entreprise privée.

Machine d'extraction du puits n1


Machine d'extraction du puits n2


Zeche Westerholt / Herten-Westerholt

Voir le reportage sur cette mine :Zeche Westerholt


Zeche Westfalen / Ahlen

Voir le reportage sur cette mine :Zeche Westfalen


Zeche Westhausen / Dortmund-Bodelschwingh

Début de l'exploitation : 1872
Fin de l'exploitation : 1956
Nombre de puits : 5
Cette mine appartenait à la Gelsenkirchener Bergwerks-AG (GBAG) et a toujours été dans l'ombre de ses grandes voisines (Zollern, Germania, Adolf von Hansemann). La mine ferme le 1er avril 1956 ; le charbon sera extrait par la mine Hansa, avec laquelle la mine Westhausen partageait certains puits.
Le carreau des puits 1/3 présente de très beaux bâtiments comme la tour Malakoff du puits 1 construite en 1873 et la salle de paie construite en 1906 par l'architecte Paul Knobbe. Le bâtiment de la machine d'extraction du puits 3 a également été préservé et abrite toujours une machine à vapeur de 1926.


Zeche Zollern / Dortmund-Bövinghausen

Début de l'exploitation : 1873
Fin de l'exploitation : 1955
Nombre de puits : 6
La mine Zollern possédait 2 sièges : Zollern 1/3 et Zollern 2/4. En 1934, elle reprend le champ d'exploitation de la mine Germania, alors désaffectée. Ce champ redeviendra indépendant en 1954. La mine Zollern est fermée le 1er juillet 1955 ; les réserves de charbon seront alors exploitées par la mine Germania ; les puits restent ouverts. Toute activité cesse en 1971 avec la fermeture de la mine Germania.
Le siège 2/4 a été conservé et transformé en musée ; l'architecture (Art Nouveau / Jugendstil) des installations minières est une des plus remarquables de la Ruhr. A noter que les chevalements ne sont pas d'origine. En mauvais état, ils ont été remplacés en 1986/88 par des chevalements identiques : le chevalement du puits Zollern 2 provient du puits 1 de la Wilhelmine Victoria ; celui du puits Zollern 4 provient du puits 3 de la mine Friedrich der Große.

Siège 2/4


Salle des machines du siège 2/4


Zeche Zollverein / Essen

Voir le reportage sur cette mine :Zeche Zollverein


Zeche Zweckel / Gladbeck

Début de l'exploitation : 1912
Fin de l'exploitation : 1963
Nombre de puits : 2
L'extraction du charbon s'arrête en 1963 mais les puits sont conservés pour l'exhaure et l'aérage des mines voisines. Le site est définitivement abandonné en 1995 et les puits sont remblayés. Les deux chevalements et la superbe salle des machines ont été sauvegardés.


© Sébastien Berrut 2007-2016 | Contact | Demande d'utilisation d'une photo