Vous êtes ici : Patrimoine Minier > France > Mines et carrières souterraines > Mine de plomb-zinc PZ1

Mine de plomb-zinc PZ1 - Languedoc


Il existe dans ce secteur des traces d'exploitation du sous-sol datant de l'époque médiévale, mais c'est en 1885 que fut attribuée la première concession pour la recherche de plomb et de zinc. Des fours à griller le minerai (sulfures) furent ouverts en 1891, ils étaient reliés à l'atelier de lavage par un plan incliné. Entre 1904 et 1906, presque 500 ouvriers travaillaient dans l'exploitation, dont la moitié dans les galeries. En 1947, la mine fut relancée et modernisée par l'ouverture d'une usine de flottation destinée au triage et à l'enrichissement du minerai. La production de la mine qui était de 50 000 tonnes de tout venant en 1950, atteignit 280 000 tonnes en 1970. En 1985, l'épuisement du minerai se fit progressivement ressentir et une nouvelle campagne de sondages ne donna aucun résultat positif. Faute de réserves suffisantes, la mine ferma au début des années 90.


Mine principale

Il s'agit de l'exploitation principale, composée de centaines de kilomètres de galeries, datant de diverses époques et étagées sur toute la hauteur de la montagne. On y trouve de grandes galeries de roulage rectangulaires 'trackless' qui recoupent parfois d'anciens travaux. Elles desservent des quartiers exploités le plus souvent par la méthode des chambres et piliers abandonnés. Après avoir suivi une longue descenderie hélicoïdale, nous avons pu rejoindre un niveau de roulage plus ancien, encore équipé de ses voies ferrées et de diverses trémies de chargement, dont certaines actionnées par un mécanisme pneumatique en parfait état. J'ai été surpris par l'importance du roulage principal, composé de longues galeries rectilignes, étroites mais très esthétiques. La partie basse de la descenderie fut réutilisée pour la culture de champignons, comme en attestent les nombreux sacs remplis de terreau présents au sol. Dans les galeries, plusieurs passages fragiles ont été renforcés par des cadres Toussaint-Heintzmann.


Quartier B

Ce nouvel amas minéralisé fut découvert fortuitement dans les années 70 lors du percement d'un tunnel de jonction entre une zone d'exploitation et l'usine de traitement du minerai. Il est constitué de grandes galeries rectangulaires 'trackless', creusées dans une roche très sombre (les parois sont presque noires). On y trouve de nombreux passages consolidés par des cadres Toussaint-Heintzmann assez esthétiques, mais peu de matériel.


Mine médiévale MC

Un peu plus loin, nous avons visité une petite mine médiévale constituée d'un dépilage vertical et de petites galeries étroites. La particularité de cette mine est la présence d'une fausse galerie aménagée à la base du dépilage avec un toit de lauzes en bâtière sur lequel s'empilent des stériles. Ce système permet une meilleure circulation, facilite l'aérage et utilise une grande partie des stériles sous terre.


© Sébastien Berrut 2007-2011 | Contact | Demande d'utilisation d'une photo