Vous êtes ici : Patrimoine Minier > Hors de France > Roumanie > E.M. Petrila

Roumanie: Exploatarea Minieră Petrila (vallée du Jiu)


La mine Petrila est une mine de charbon située en Roumanie à Petrila dans la vallée du Jiu (judeţ de Hunedoara). Son histoire débute officiellement le 1er janvier 1859 avec l'enregistrement de la première concession minière nommée 'Maximilien' dans la localité Petrila. Cependant dès 1840, le baron Victor Maderspach, attiré par les riches gisements de charbon découverts à partir de 1835 dans ses propriétés, appelle les frères Karol et Rafael Hoffman, spécialistes de l'exploitation minière, pour prospecter dans la vallée du Jiu. Le charbon est tout d'abord exploité aux affleurements, à ciel ouvert. Le 12 décembre 1869 entre en service la première mine souterraine de la région, exploitée sous le nom de 'Mina Deak Ferencz-Petrila'.
Entre 1930 et 1932, une nouvelle usine de traitement du charbon est construite en remplacement des anciennes installations. L'augmentation rapide de la production rend nécessaire l'aménagement d'un nouveau complexe minier. Le puits Central est alors construit par les Allemands à partir de 1943. Les travaux sont achevés dans les années 1947-1948. Le puits est appelé 'puits Ana Pauker' du nom d'une militante communiste. Entre 1970 et 1975, une nouvelle installation d'extraction est contruite, le puits 2 Est. Il servira également de puits d'aérage.
En novembre 1998, la mine Petrila est intégrée avec les autres mines de la vallée dans une nouvelle société appelée 'Compania Naţională a Huilei S.A - Petrosani' (CNH). En 1989, la production est de l'ordre du million de tonnes. Au début du 21ème siècle, faute d'investissements, elle se stabilise autour de 400 000 tonnes par an. Son déclin s'est accéléré le 15 novembre 2008 suite à deux explosions qui ont causé la mort de 13 mineurs et sauveteurs. Ce drame amorce la fin de la mine qui fut pourtant une des plus modernes de Roumanie.
Gravement endommagée dans l'explosion et sans solution de continuité d'activité en toute sécurité, la mine Petrila est incluse dans un programme de restructuration et de réorganisation. La production chute à 164 000 tonnes en 2009 et n'est plus que de 94 000 tonnes en 2012. En novembre 2012, la mine Petrila est rattachée avec les mines Paroseni et Uricani à une nouvelle structure chargée de leur fermeture : la 'Societatea Naţională de Închideri Mine Valea Jiului' (SNIMVJ). En 2013, l'usine de préparation du charbon (lavoir) est dynamitée. Le charbon est extrait selon des méthodes peu mécanisées et ne subit qu'un tri manuel au jour. La mine Petrila est définitivement fermée en 2015.

Je remercie M. Jujan Constantin, Directeur de la mine, pour son accueil et le temps qu'il nous a consacré, ainsi qu'Elena M. pour son aide dans les traductions et sa bonne humeur.

Vues extérieures

Depuis la démolition du lavoir en 2013, le site semble en ruine... Et pourtant en 2014 la mine était toujours en activité. Elle comporte 3 puits : le puits d'extraction (par skips) est équipé d'un chevalement métallique, le puits Central (puits de service) est surmonté d'une joli tour d'extraction marteau en béton. Un 3ème puits surmonté d'une tour d'extraction en béton peu esthétique est abandonné. Parmi les installations encore visibles, le bâtiment de criblage-triage est encore utilisé, ainsi que diverses trémies de stockage. Du lavoir, il ne reste plus que de superbes décanteurs.


De l'entrée à la recette du puits Central

Vus de l'intérieur, les bâtiments semblent en meilleur état que ne laisse paraître l'aspect extérieur du site. Pour rejoindre le fond, nous avons suivi le chemin des mineurs, en passant par les vestiaires et la lampisterie. La recette jour du puits Central, utilisé pour la descente du personnel, est plutôt délabrée. Il n'y a que très peu de matériel, seul quelques berlines montrent que de l'activité subsiste. Malheureusement nous n'avons pas été autorisé de ramener quelques images du fond.


Machine d'extraction du puits Central

Au sommet de la tour marteau du puits Central se trouve une superbe machine d'extraction électrique. Il s'agirait de la première poulie Koepe installée dans une mine de charbon en Roumanie.


Bâtiment de criblage-triage

Depuis l'abandon des méthodes mécanisées pour l'extraction du charbon (longues tailles), le charbon brut est simplement trié à la main dans ce bâtiment (retrait des pierres) avant d'être expédié par train vers les centrales thermiques de la vallée.


Téléphérique pour la mise à terril

Les pierres issues du tri manuel (et auparavant les stériles du lavoir) sont évacués par un téléphérique équipé de bennes basculantes. Le chargement s'effectue dans la station inférieure par l'ouverture de trémies au-dessus des bennes. Le lieu est superbe.


© Sébastien Berrut 2007-2015 | Contact | Demande d'utilisation d'une photo