Vous êtes ici : Patrimoine Minier > France > Bassin Houiller de Provence

Le Bassin Houiller de Provence

Voir sur une carte

Le Bassin Houiller de Provence s'étend du massif de la Sainte-Victoire au nord au massif de la Sainte-Baume au sud et de l'étang de Berre à l'ouest, à Saint-Maximin à l'est. Les plus anciennes traces d'exploitation remontent au 15ème siècle mais c'est surtout au début du 19ème siècle, avec le fonçage de puits verticaux, que le bassin prend une dimension industrielle. Une cinquantaine de puits seront foncés, dont 35 entre 1839 et 1945, ainsi que de très nombreuses descenderies.
L'exploitation du charbon est relancée dans les années 80 avec la construction du « Grand ensemble de Provence » à Gardanne. Un puits utra-moderne de 1109 mètres, d'un diamètre de 10 mètres, est mis en service en 1987 (puits Yvon Morandat) ainsi que le puits Z, profond de 879 mètres, pour assurer l'extraction et l'aérage. L'unique débouché du charbon est alors la centrale thermique de Gardanne. Des records de productivité y sont régulièrement enregistrés.
Toute activité cessa le 31 janvier 2003 au puits Yvon Morandat, 2 ans plus tôt que prévu, en raison notamment des difficultés techniques liées à la profondeur du champ (coût du soutènement très élevé). Au total, près de 130 millions de tonnes de charbon auront été extraites, ce qui ne représente que 2 à 3% de l'ensemble de la production nationale.
Aujourd'hui, la plupart des installations ont été démantelées, seuls quelques chevalements ont été conservés, dont celui du puits Hély d'Oissel à Gréasque, construit en 1917 et transformé en musée de la Mine, celui plus récent (1945) du puits Gérard à Mimet, l'impressionnant chevalement du puits Z et enfin la tour d'extraction du puits Yvon Morandat à Gardanne.

Puits Hély d'Oissel - Gréasque

Il s'agit d'un puits d'extraction d'une profondeur de 455 mètres foncé en 1912 pour la Société Nouvelle des Charbonnages des Bouches-du-Rhône, et portant le nom de l'ingénieur qui procéda à son creusement. Le chevalement métallique est construit en 1917 par Derobert, mais le puits, noyé accidentellement, n'est mis en service qu'en 1923 ; il restera en activité jusqu'en 1960. Sur ce site converti en musée, le bâtiment des machines conserve la machine d'extraction à tambour bicylindroconique.


Puits Z - Gardanne

Situé au nord de la ville de Gardanne, le puits Z a été foncé entre 1982 et 1984 dans le cadre du Grand Ensemble de Provence. D'un diamètre de 6,50 mètres et d'une profondeur de 879 mètres, il était destiné à assurer l'extraction et l'aérage (retour d'air) de l'ensemble de la production de la Provence, tandis que le puits Morandat (voir ci-dessous) assurait la descente du personnel et du matériel. Il est équipé d'un chevalement de 66 mètres de hauteur, construit par la Société F.C.B., réplique exacte du chevalement du puits de Staffelfelden (mines de potasse d'Alsace) aujourd'hui détruit. Le puits entra en service en janvier 1986 et ferma en 2003. Après démantèlement de la recette, des ventilateurs et convoyeurs, la ville de Gardanne a racheté l'ancien carreau et a conservé le chevalement et le bâtiment de la machine d'extraction. Malheureusement la machine d'extraction a été fortement vandalisée notamment en raison du cuivre qu'elle contenait.


Puits Y ou Yvon Morandat - Gardanne

Le puits Yvon Morandat est situé au sud-ouest de la ville de Gardanne et fait partie des 2 puits foncés en vue de la restructuration de l'unité d'exploitation de Provence des H.B.C.M. Le fonçage du puits fut réalisé entre 1981 et 1984 par les sociétés Deilmann-Haniel GmbH et Quillery & Cie, à l' explosif, jusqu' à une profondeur de 1109 mètres. L' ensemble des installations date des années 1983-1986 et le puits est entré en exploitation en 1987. Arrêté en 2003, il cumulait plusieurs fonctions : extraction, aérage (entrée d' air), transport de personnel et de matériel, exhaure. Son grand diamètre (10 mètres) fut conçu pour pouvoir accueillir une très grande cage capable de transporter la plupart des engins utilisés au fond, sans démontage préalable. La tour d' extraction, qui date de 1984, est haute de 52 mètres.


Puits Gérard - Mimet

Le puits Gérard fut foncé entre 1942 et 1945 par la Société Nouvelle des Charbonnages des Bouches-du-Rhône pour concentrer l'ensemble de l'extraction du secteur de Gardanne et de Gréasque. Ayant atteint la profondeur de 615 mètres, il fut mis en exploitation en 1950. Le chevalement métallique fut fourni vers 1945 par le constructeur Vénot. Puits d'extraction et de service, il desservait 5 recettes dont l'une donnait dans la Galerie de la Mer. Avec la nationalisation des grands charbonnages français en 1946, et la création des Houillères du Bassin de Provence (H.B.P.), les exploitations furent restructurées en 1969. Cette réorganisation fut suivie entre 1974 et 1979 d'importants travaux : raval du puits, renforcement des équipements d'extraction, agrandissement de la recette, construction d'un bâtiment pour ventilateurs et d'un nouvel atelier de réparation avec hangar industriel. Par la suite, le devenir du puits Gérard fut étroitement conditionné par la création des nouveaux puits Z et Yvon Morandat. Leur mise en route, en 1985 et 1987, signait l'arrêt de l'extraction au puits Gérard en 1989. Il servit encore comme puits de retour d'air, d'exhaure et de service.
Le puits Gérard connut le 25 février 1969 un accident collectif considéré comme le plus meurtrier des H.B.C.M. depuis 1946 (6 mineurs ensevelis sous un éboulement).
Aujourd'hui le puits est encore partiellement ouvert, noyé jusqu'à quelques dizaines de mètres sous le niveau de la Galerie de la Mer. De puissantes pompes immergées maintiennent le niveau d'eau à la cote -60 (à 350 m sous le sol) et l'envoie vers la mer via une canalisation circulant dans la Galerie de la Mer. Lors de mon passage sur le site, une nouvelle pompe était en cours d'installation. Comme le puits servait de retour d'air, la recette était entièrement 'sassée'. Il fallait passer par un sas muni de deux puissantes portes étanches pour y pénétrer. On voit bien l'habillage de béton autour du faux-carré du chevalement qui assurait l'étanchéité. La salle des machines a malheureusement été complètement vidée de ses équipements, dont la machine d'extraction. Il ne subsiste que 2 treuils utilisés pour la maintenance des pompes d'exhaure.


© Sébastien Berrut 2007-2011 | Contact | Demande d'utilisation d'une photo